[The Sprawl] Cuisine aux Orgones

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 570
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[The Sprawl] Cuisine aux Orgones

Message par thomas munier » 17 avr. 2018 09:49

CUISINE AUX ORGONES

Je ressors à nouveau mon scénario récurrent pour Little Ho Chi Minh Ville afin de tester la compatibilité de mon univers Millevaux-biopunk-panasiatique avec les règles du jeu cyberpunk The Sprawl !

Jeu : The Sprawl, missions périlleuses dans un univers cyberpunk propulsé par l'Apocalypse

Joué le 06/05/17 chez l'habitant

Personnages : Vitello, Klaus, Yawiko


Le contexte :

Le setting Little Hô Chi Minh Ville a été rédigé comme palier pour le foulancement de la traduction française de The Sprawl, un jeu de cyberpunk propulsé par l'Apocalypse. L'idée de l'équiper de mon propre set de règles propulsées par l'Apocalypse n'est venu que plus tard. Et si j'ai déjà bien testé mon système maison, il me fallait également jouer au moins une fois le setting avec The Sprawl, histoire de vérifier si les deux étaient compatibles. J'ai opté pour une formule que je pense proposer dans le texte du chapitre Little Hô Chi Minh Ville pour The Sprawl : si l'on peut jouer avec une création de personnages et un world building tous deux de A à Z, on peut aussi jouer le scénario Cuisine aux Orgones avec ses prétirés. C'était anciennement un scénario pour Millevaux Sombre mais un jeu cyberpunk me parait aujourd'hui mieux adapté pour motoriser le scénario.

Image
crédits : anonyme, Aussie mobs, Jensons, domaine public; Botheredbybees, darkday., jminor, cc-by ; an agent, Ken Ohyama, taquatax, cc-by-sa


Séances précédentes :
Sous Millevaux Sombre : Cuisine aux orgones 1 2 3
Sous Inflorenza : Cuisine aux Orgones/Green Void/Le Château des Possibles
Sous Little Hô Chi Minh Ville avec mon moteur perso


L'histoire :

Dans son étroite boutique d'apothicaire garnies de bocaux d'animaux morts et crépie d'odeurs fauves, Versailles réunit son mari Klaus (le roboticien dont l'atelier est juste attenant, derrière une porte blindée), la grande soeur de triade Yawiko, son frère le sarcomantien Mask, le cuisinier vénitien Vitello, et Ombre son taciturne garde du corps. Elle leur expose la mission : dérober la Viande Noire au Temple du Singe du Besoin. C'est délicat, parce que de ce que Klaus connaît de la Viande Noire, c'est une chose-horla sentiente et corrosive. Cela peut intéresser Vitello car c'est l'ingrédient culinaire ultime, cependant le commanditaire de Versailles a insisté pour qu'on fournisse la viande dans son intégralité, donc Vitello devra se la mettre sur l'oreille. Ce mystérieux commanditaire a promis une récompense assez grasse pour permettre à toute l'équipe de se mettre définitivement au vert et quitter la ville pour une vie meilleure. L'autre truc délicat, c'est que Klaus a déjà fait un raid au Temple du Singe du Besoin pour voler des doses d'Elixir de Mémoire Cellulaire.

Difficile de lire dans l'esprit de Versailles. La moitié de son visage est raide, un strabisme divergent brouille son regard. Klaus ne la désire plus à cause de cela. Il n'a d'yeux que pour Mask, le sulfureux. Quoi qu'il trouve également Vitello à son goût... Difficile de savoir si on peut faire confiance à Vitello, mais après tout, quand Klaus a fait son raid au Temple du Singe du Besoin, les types sont venus chez Versailles pour la vitrioler en représailles et c'est Vitello qui a surgi et lui a sauvé la mise in extremis...

Versailles entraîne Yawiko dans l'atelier de Klaus. Yawiko s'en veut parce que la dernière dose d'Elixir qu'elle a fourni à Versailles était daubée, et c'est depuis que l'apothicaire est paralysée du visage. Mais Versailles est trop en manque. Elle informe Yawiko qu'à l'issue de l'opération, elle aura de l'Elixir en quantité, mais en attendant, elle veut que la mafieuse lui en fournisse. Yawiko promet de lui trouver une dose non daubée cette fois-ci. Pour la dernière fois, elle a fait ce qu'il fallait : il a buté son dealer. De son côté, Yawiko insiste auprès de Versailles pour qu'elle tienne sa promesse. Une fois la mission accomplie, Versailles doit lui enlever le scolopendre que le Temple du Singe du Besoin lui a implanté dans le ventre en échange de la disparation d'un grand frère des triades qui lui barrait le passage sur les échelons de la hiérarchie...

Vitello demande à Versailles de lui confier des orgones afin qu'il prépare une grenade incapacitante. Puis il retourne dans son restaurant récupérer du matériel. Il demande à Ombre de se préparer à faire une diversion au Temple en allumant un incendie dans les environs. Il faudra le faire quand Vitello et son équipe seront prêts à entrer dans le Temple.

Mask et Klaus s'en vont au Temple faire une reconnaissance. Après bien des corridors et des ruelles crasseuses, ils montent une échelle de fer dans un conduit et déboulent dans une pièce minuscule qui sert d'entrée au temple. On dirait une conciergerie de théâtre, avec une colonne sculptée en forme de singe hideux aggripé sur le dos d'un esclave, et une femme en sari qui garde une porte blindée. Elle a le crâne rasé et une moitié du visage déformé en circonvolutions sarcomantiques assez dégoûtantes à voir. Mask explique à Klaus que c'est son œuvre, une commande du Temple. C'est comme ça que Mask a ses entrées ici.

La prêtresse les laisse entrer dans un minuscule couloir. Au bout du couloir, une autre porte blindée avec un poulpe psychique sur la serrure : visiblement il faut passer une épreuve matricielle pour traverser. Tout le long du couloir, des petites alcôves seulement fermées par des rideaux rouges. On entend des râles d'orgie et Mask et Klaus s'engouffrent avec volupté dans une de ses alcôves. Ils font l'amour sans retenue, mais Klaus n'en oublie pas le travail. Il envoie ses deux machines molles prospecter. Il y a son singe (avec qui il a pu rentrer librement, vu que les singes sont libres d'errer dans le temple) et sa mouche (qui elle est toute discrète). La détection thermique montre qu'il y a une petite pièce derrière la porte au poulpe, où se tient un homme en position de méditation, et derrière cette pièce une autre pièce où se trouve l'immonde signature thermique de la viande noire, qui s'effiloche et s'étend comme une aura maudite.

Quand ils sortent de l'alcôve, ils sont surpris par les prêtres et Maître Liu Khan en personne. L'homme est vêtu d'une tenue de cérémonie très sobre. Il dégage une présence puissante. Klaus explique qu'il est une sorte de plombier. Le maître lui demande alors d'ausculter les canalisations du temple, parce qu'il y a eu une récente infiltration par ce biais-là (et pour cause, il s'agit de la précédente infiltration de Klaus ! ). Klaus reste en mode poker face et se connecte aux canalisations. Il referme le clapet d'entrée qu'il avait installé mais s'en ménage un nouveau. Le problème, c'est que Maître Liu Khân le repère sur son écran de contrôle. Il demande à Klaus pourquoi il a fait ça, et Klaus explique que c'est en prévision du retour de l'infiltrateur. Maître Khân pense qu'il en sait plus qu'il ne le dit. Alors Klaus lui livre un os à ronger : il dénonce la prêtresse au visage modifié. Dans la réalité, elle les a aidé à s'infiltrer, mais là il lui met tout le raid sur le dos. Les prêtres s'en emparent, et sous les yeux de Klaus, Maître Liu Khân ordonne à Mask de lui retirer toute la peau. Il faut faire un exemple ! Mask s'exécute, d'abord avec réticence, mais rapidement çà se voit qu'il prend son pied. Klaus, quant à lui, rend tripes et boyaux devant l'horreur de la situation. Les deux quittent le temple, mais le singe et la mouche restent en faction.

De son côté, Yawiko se rend au QG de sa triade pour récupérer des informations et du matériel. Dans le minuscule local d'entrée, elle trouve le décor habituel, table jonchée de cartes à jouer et posters porno. Mais il n'y a qu'un "petit frère" et il botte en touche à chacune de ses questions. Yawiko avise une sorte de vaisseau sanguin qui part du petit frère et passe sous la porte d'en face...

Qui s'ouvre brusquement ! En surgit une soldate du viet minh, une furie de seize ans à peine, qui l'asmate avec un mitraillette qui tire des cerveaux en capsules. La veine du petit frère est reliée à la soldate, qui le contrôle. Elle est là pour se venger, après tout Yawiko a tué un commissaire du peuple ! La mafieuse est criblée d'éclats de verre alors que les capsules s'écrasent autour d'elles, mais heureusement aucun cerveau ne s'est connectée à elle, sinon elle finissait zombifiée comme le petit frère. Par contre, elle tombe dans les vapes, et quand elle se réveille, elle est en sous-vêtements, ligotée à une chaise avec du fil de fer, les pieds dans un seau d'eau et des pinces crocodiles fixées sur les seins. La soldate a la main sur la poignée du générateur. Mais Yawiko a les bons réflexes, elle se blesse et se contorsionne mais arrive à se défaire de ses liens, et bientôt c'est la soldate qui se retrouve à sa place. Elle lui envoie une première décharge. La pièce se remplit d'une odeur d'urine. C'est alors que Yawiko remarque tous les autres vaisseaux sanguins qui partent de la soldate. Soudain, une horde de petits frères zombifiés défonce la porte et se rue sur Yawiko. Ils sont prêts à la déchirer à mains nues. Yawiko se précipite sur la poignée du générateur, et malgré la pression et la violence des petits frères - l'un d'eux lui arrache carrément son oeil cybernétique -, elle arrive à tirer la poignée à fond. La décharge tue net la soldate et les petits frères s'écroulent, agités de convulsions.

Yawiko se traîne chez le médecin de la mafia, un vieillard qui officie dans une cage d'ascenseur, avec tous ses outils et ses poches de perfus accrochés au-dessus de sa tête à des câbles qu'il actionne comme un marionnettiste. Il régénère ses chairs meurtries, mais en échange il la fait bien douiller en cred et lui demande aussi un service assez borderline. Il sait qu'elle a accès à de l'elixir de mémoire pur (ce qu'il ignore, c'est qu'elle l'a buté). Il lui demande de lui en fournir une dose, et en échange il lui donnera une dose vérolée. Yawiko retourne dans la cellule du dealer où est toujours planqué son cadavre et la seule dose pure qui lui restait. Elle l'échange avec le toubib contre une dose vérolée.

Tout le monde revient chez Versailles pour faire un premier briefing. Versailles montre des signes évidents de manque. Elle entraîne Yawiko dans l'arrière-boutique et la somme de lui filer de l'elixir. La mafieuse lui donne la dose vérolée. Versailles entre en plein trip. Elle se rappelle de son mariage avec Klaus. Klaus entre dans l'arrière-boutique pour engueuler Versailles et celle-ci essaye de danser avec lui, elle lui reproche d'avoir oublié la féerie du jour de leur mariage, elle dit qu'elle fait tout ça pour lui. Klaus a du mal à cacher son mépris. Pour autant, il tient à la santé de Versailles. Mask lui a déjà proposé de l'en débarrasser, il a refusé avec énergie. Tout le monde revient dans la boutique. Versailles est pour tenter l'infiltration maintenant, avant que le Temple ne se doute de trop de choses. Vitello affirme qu'il est équipé pour passer l'épreuve matricielle. Klaus remarque que Versailles a un regard bizarre. Des nervures végétales lui poussent dans les yeux : elle est atteinte d'un gingko, sans doute une vérole présente dans sa dose d'elixir.

Yawiko entraîne Versailles chez le toubib de la mafia tandis que Mask, Klaus - en jet-pack armé - et Vitello - en combinaison noire de ninja 2.0 -, se dirigent vers le Temple. Ombre a pris les devants pour faire sa "diversion".

Quand ils arrivent à proximité du Temple, c'est pour constater qu'Ombre a fait diversion de la pire des façons : il a passé tout le quartier au napalm ! Un enfant sort de la fournaise en hurlant. L'odeur de la chair brûlée écrase tout le reste. Klaus dégueule à nouveau tout ce qu'il peut encore.

Mais du coup, ils rentrent dans le Temple comme dans du beurre. Prêtres comme fidèles ne sont plus que des saucisses carbonisées. Le poulpe psychique est lui aussi consumé, quasi mort, mais Vitello s'y connecte quand même. Putain de douleur, sensation d'artères calcinées qui s'infiltrent dans le crâne. Il se retrouve dans un minuscule dojo. Les parois sont en peau humaine, cloquée et puante. Maître Liu Khân s'y trouve, il médite encore. Vitello déverrouille le sas blindé au fond du dojo, qui communique avec la pièce qui abrite la Viande Noire.

Klaus sent que Vitello est en train de les doubler. Il défonce la porte au poulpe avec un missile. Maître Khân, de l'autre côté, se rue vers lui et lui fait grave mal. Vitello passe le dernier sas blindé, et le referme derrière lui. C'est à ce moment que Yawiko arrive au Temple, après avoir redéposé Versailles dans sa boutique. Elle participe au combat et parvient à tirer un scorpion sur le Maître.

Vitello est dans la pièce de la Viande Noire. Ce truc hideux est en lévitation, maintenu au parois par de longs nerfs tendus comme des cordes de piano. Vitello résiste tant bien que mal à en bouffer ici et maintenant, il décroche les nerfs et charge la viande dans le caisson NBC fourni par Versailles.
Klaus défonce le dernier sas au missile. Mask se rue sur le maître avec ses aiguilles sarcomantiques et lui plante dans le dos. Le Maître fait une drôle de figure mais il a le temps profite de retourner la tête de Mask à 180° dans un grand craquement. Klaus hurle toute sa douleur morale alors que le Maître et Mask s'effondrent tous les deux. Ombre entre dans le Temple alors que Vitello s'apprête à en ressortir. Il couvre sa fuite en attaquant Yawiko. Yawiko arrive à le blesser avec son pistolet lance-scorpions, mais est-ce l'effort soutenu ou la mort de Maître Liu Khan ?, le scolopendre qui est dans son ventre se met à crever en relarguant tout son venin. Yawiko tombe au sol, ses jambes sont paralysées. Ombre déchire le singe. Klaus défonce Ombre au fusil d'assaut, dans une gerbe de tripes et de sang d'ombre, noir et compact comme de la chair à boudin. Vitello écrase au sol sa capsule d'orgones.

Yawiko tente de flinguer Vitello, mais elle est trop blessée pour réussir son tir, et bientôt Vitello est hors de vue. Elle ressent une profonde douleur alors que la vie s'échappe d'elle. Le visage de Mask est face à elle, les yeux écarquillés. Elle voit aussi sa colonne vertébrale.

Klaus voudrait poursuivre Vitello mais il est complètement défoncé aux orgones. Il se voit dans les décombres fumantes. Versailles en robe de mariée, plus belle que jamais, danse avec lui. Mask aussi, la tête à l'envers, danse avec lui. Tous les trois, ils se déshabillent et baisent dans ce décor de mort et de viscères.

Vitello a employé toute son ingéniosité et son argent à retraverser la jungle pour retourner à Venise. Il a réuni en toute discrétion ses meilleurs amis et le gratin de la noblesse pour un repas qui sera le clou de sa carrière. Il voit ses convives se délecter et entrer en orgasme culinaire. Derrière un rideau, se cache Klaus et sa mouche qui a suivi Vitello sur tout son périple. La comtesse pousse des râles de plaisir alors que sa gorge se nécrose à vue d’œil. Vitello avale sa première bouchée. Il sait qu'il va en mourir, alors il mâche lentement pour bien savoureux. Il est replongé en pleine enfance, il déguste ce poisson de vase, le dernier de son espèce, que lui a préparé sa grand-mère. Il voit le sourire de sa grand-mère. Et dans son dos, Klaus surgit, et d'abord il tue sa grand-mère sous ses yeux, puis il ouvre la gorge de Vitello, vite fait, avant que la Viande ait passé l’œsophage, pour que Vitello n'ait pas l'occasion de mourir exactement comme il l'avait voulu.


Commentaires :

Durée :
1h15 de créa de personnage, 3h15 de jeu, 15 mn de debrief

Profil de l'équipe :
Expérimentée en jeu de rôle classique. J'ai supposé qu'ils avaient tous déjà fait du Cyberpunk ou du Shadow Run. Je crois que seul le joueur de Vitello connaissait Apocalypse World.

Mise en jeu :
J'ai présenté vite fait les 6 prétirés et j'ai demandé si l'équipe voulait la jouer en mode caché ou en transparence. L'équipe a opté pour le mode caché, donc chacun s'est choisi un perso et a pris connaissance de son background secret. Dans chaque perso, j'avais glissé un ou deux livrets de personnage de The Sprawl, charge au joueur de sélectionner le livret qui lui convenait le mieux et ensuite on a fait toute la finition technique du livret.
Klaus était un Pilote (ses drones étaient des machines molles) mais il aurait aussi pu être un Techie.
Yawiko était un Limier mais elle aurait aussi pu être une fixeuse.
Vitello était un Infiltré. Un seul livret en ce qui le concerne, conçu pour qu'il ait une chance d'arriver en premier en face de la Viande Noire.
Versailles (Hacker ou Soldat), Ombre (Tueur) et Mask (Provocateur) ont été joués en figurants, donc j'ai ignoré leurs livrets.

Retour personnel :

The Sprawl fait très bien le boulot qu'on lui demande, c'est nettement plus simple qu'un Shadow Run, même si sans doute encore trop technique pour moi (bien que guère plus technique qu'Apocalypse World. Mais Apocalypse World est trop technique pour moi. Mais vous vous rassurerez en apprenant que je suis vraiment très peu technique comme MJ). J'ai fait jouer environ 70% des règles, les 30% restants ont été oubliées ou ignorées délibérément.

J'ai beaucoup aimé les enchaînements narratifs provoqués par le système et le fait que les personnages aient tout un tas d'options tactiques pour se tirer des mauvais pas.

Le joueur de Yawiko a trouvé que le système de dégâts était trop punitif. A froid, j'ai réalisé que j'ai été dur. J'ai déclenché le scolopendre sur un 7-9 d'un jet d'agir sous pression ou d'employer la manière forte, et j'ai ensuite décrété la paralysie des jambes et que Yawiko mourrait parce que personne ne viendrait la soigner. J'ai été super dur parce qu'on aurait pu supposer que Versailles vienne la récupérer à temps, et en plus j'ai oublié de demander un jet d'acquérir une concession financière qui aurait pu lui sauver la mise. Donc, cher joueur, je te présente mes excuses, c'est pas les règles qui étaient trop dures, c'était moi :( Pressé par le temps et cédant à la cause dramatique, j'ai un peu forcé la mort de ton perso !

Pour l'épreuve matricielle, j'ai réduit ça à un seul jet de dé, faute de temps.

Le système mérite de micro-ajustements par rapport au setting de Little Hô Chi Minh Ville parce que s'il gère très bien le cyberpunk (il a été conçu pour), il ne prévoit rien pour le biopunk. J'ai géré les machines molles comme des drones améliorés (capacité de morphing en plus des capacités habituelles) et j'ai tenu compte de la bio en décorum pour tout ce qui est drogue et soins, et pour le côté technique, j'ai donné le livret de hacker à l'apothicaire Versailles pour simuler le fait que les runs matriciels se passaient par l'intermédiaire de drogues biologiques ou de poulpes psychiques.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre