[Inflorenza] Les intrus, par Nitz

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 1084
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[Inflorenza] Les intrus, par Nitz

Message par thomas munier » 05 nov. 2019 07:40

LES INTRUS

Histoires de fantômes chez soi : une partie d’horreur en famille par Nitz, jouée avec Inflorenza !

Le jeu : Inflorenza, héroïsme, martyre et décadence dans l'enfer forestier de Millevaux

Joué en ligne le 23/10/2019

Compte-rendu de partie initialement posté sur L'Auberge Virtuelle

Image
Greg Moore, cc-by-nc, sur flickr


Le pitch :

"Je propose une partie courte (2h top chrono) des Intrus. Création originale.

Vous incarnez au choix les membres d’une famille dysfonctionnelle qui emménage dans une nouvelle maison, ou les esprits qui la hantent. Alors que la famille compte bien tout faire pour resserrer leurs liens grâce à cette nouvelle maison, les fantômes n’ont qu’une envie : les en chasser coûte que coûte.

Le ton de la partie peut être horrifique, dramatique, poétique ou grand-guignol, ou tout à la fois, c’est selon les envies des joueuses.

Comment ? système de jeu hautement narratif basé sur Inflorenza
Inspirations : Les Autres / Beatlejuice
Niveau films, les Autres (Amenabar). Shining (Kubrick). El orfanato, mama sont deux belles productions. La série de Lars Von trier peut être intéressante : les fantômes de l’hôpital / kingdom hospital. En mode années 80 beetljuice est immanquable, ghost, poltergeist, amitiville, fantôme contre fantôme, fantôme avec chauffeur, Ghost busters même si n’a plus grand chose à voir."


Compte-rendu rapide :

Merci à @Alquen et @Illuminati pour votre richesse créative : une belle histoire triste avec des personnages forts. Une belle réussite en ce qui me concerne.

nota : @alquen nous n’avons pas noté le nom de ton personnage, qui n’a été révélé qu’à la toute fin de la partie, je me permets de la nommer ici “Roberta”, n’hésite pas à rectifier !

Je mets le CR ici à destination des curieux et de @munier.thomas

le jeu utilisait le moteur d’Inflorenza avec un théâtre customisé (et pas l’univers de millevaux) avec deux trois ajouts : chaque joueur a amené un média (en l’occurence trois chansons/musiques) et posé une question à propos de la maison. Un joueur interprétait le spectre, deux autres des membres de la familles. Nous avons joué sans MJ (Nitz avait le rôle de confident ou facilitateur) et avec des instances.
Franck - je veux aider mes filles à surmonter la mort de leur mère. Pearl Jam - Daughter.
Alyssa - je veux épouser Ashley. Foo Fighters - Walk
Roberta - Je ne veux pas avoir de contacts avec les vivants. Silent Hill 4 - the room - original soundtrack - room of angel

Pourquoi la végétation pousse elle si vite autour de la maison ?
Comment se fait-il que, sans raison, des affaires disparaissent de la maison ?
Qui est cette étrange vieille femme qui frappe à la porte tous les jours à 22h00 ?

Suite au décès de sa femme, Franck (Nitz) est anéanti. Il doit veiller sur ses filles, Allysa l’ado rebelle (illuminati) et Wendy la petite princesse (pnj). Il veut les aider à surmonter le décès de leur mère. Auteur de roman fantastique, il décide de vendre la maison familiale et de s’installer dans un ancien manoir prêté par son éditeur. Rapidement, Alyssa constate que ses affaires disparaissent, en particulier la tablette qui lui permet de communiquer avec son amoureuse. Elle accuse Wendy, mais la petite parle d’une femme dans le grenier. La famille explore le grenier et affronte la poussière pour retrouver la tablette d’Alyssa. Alyssa s’installe dans la tour est, du moins une partie, car les cris des lames de l’escalier menant à l’étage l’ont dissuadé d’envahir l’étage. En effet, c’est le lieu préféré du spectre. Franck développe une obsession contre la végétation qui envahit tout, notamment le jardin couvert. Alyssa tente de le dissuader de tuer la végétation, mais Franck est possédé par le spectre, il se taillade et ignore sa fille. Quand les branches sont enfin coupées, on découvre le corps squelettique d’une femme.

[Epilogues] Franck sacrifie les relations qu’ils auraient pu bâtir avec ses filles pour se consacrer corps et âme au meilleur roman de sa carrière, consacré à l’histoire de ce spectre, [Roberta Milgram], une jeune femme de haute naissance mise à la rue par son père car elle était enceinte. Elle finit par se suicider dans cette maison.
Alyssa ne parvient pas à surmonter le deuil de sa mère et l’absence de relations avec son père, et se pend dans la tour est.
Roberta renonce à ne pas avoir de liens avec les vivants, et elle veille à sa manière sur la famille, mais la mort d’Alyssa la marque profondément.

Une étrange femme vient toquer à la porte de la maison. Un Franck décharné lui ouvre, fait un signe de tête et referme la porte. On revoit cette dame avec une faux en sautoir frapper à la porte d’un bloc opératoire. Quand on lui ouvre, l’électrocardiogramme fait retentir son bip fatidique.

Bilan :

Nitz :
je suis satisfait, ça fait un moment que j’essaie des choses et cela génère beaucoup de frustration. Je voulais une partie pour le plaisir et le pari est gagné. Je suis toujours surpris d’à quel point Inflorenza (et les conseils de jeu qui l’accompagnent) nous rend créatif.
une bonne partie pour tout le monde. La fiction est chouette.
Partie un peu courte, on doit pouvoir réduire le briefing et jouer plus.
Pas de souci pour se passer de MJ. Le théâtre, même rudimentaire, joue bien son rôle.
Inflorenza semble impliquer des parties aux accords mineurs (souffrance, sacrifice) : peut-il jouer en majeur (transformation, prix à payer) ?


Illuminati :
Partie sympa avec @Alquen et @Nitz. Tout le monde a été ponctuel, on a bien pris le temps de discuter avant de lancer la machine, chaque joueur a apporté des éléments pour jouer.

J’ai bien aimé découvrir Inflorenza dans un autre cadre que l’expérience que j’ai eue (théâtre d'inspiration Patient 13 https://t.co/redSdMfd0l).

Alquen :
Très bonne partie.
Malheureusement trop courte pour nos imaginations débordantes.
Une deuxième partie ne serait pas de refus pour donner des retours pertinents.

Quant à Roberta, je crois que son nom était Merida quelque-chose.
Je pense que le système de cadre peut beaucoup varier l’expérience de jeu.
Encore faut il qu’une communauté se créé autour.


Thomas :
Merci beaucoup Nicolas pour ce CR ! Je le relayerai si vous me l’autorisez. Pour répondre à ta question, je dirais que ça dépend en fait beaucoup de l’interprétation que les joueuses vont faire des souffrances (qui peuvent justement être interprétées comme des transformations, ainsi que les puissances) et des sacrifices (qui peuvent être interprétés comme des prix à payer). Mais pour être certain d’avoir des transformations et des prix à payer, Inflorenza Minima est un outil plus sûr.


Là où s’est passé toute la magie :

Image
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre