Pour une théorie du jeu de rôle solitaire - Partie 1 (Introduction)

Pour soumettre des articles rôliste à la critique collaborative
Gaël Sacré
Messages : 387
Inscription : 30 janv. 2017 19:00
Prénom : Maître-Bois

Pour une théorie du jeu de rôle solitaire - Partie 1 (Introduction)

Message par Gaël Sacré » 26 mars 2019 11:06

Pour une théorie du jeu de rôle solitaire
Partie 1 - Introduction - v.01

Note : vous pouvez également commenter directement le document google drive ici-même pour me proposer vos réflexions sur des passages spécifiques :https://docs.google.com/document/d/190H ... sp=sharing / Je vous encourage à me faire vos réflexions générales ici-même ou en privé sur Discord ou par mail.

Pourquoi une théorie du jdr solitaire?

J’ai développé un intérêt tout particulier pour le jeu de rôle solitaire et j’ai trouvé peu de ressources théoriques sur le sujet. La question en particulier de l’absence de résistance, le fait de créer sa propre adversité, soulève des questions essentielles pour comprendre comment aborder le jeu solitaire sans subir les frustrations vis à vis du jeu de rôle à plusieurs qui offre des expériences de jeu particulières qui ne sont pas ou difficilement reproductibles en solitaire. Pourtant je pense qu’il y a des raisons et des plaisirs spécifiques dans le jeu de rôle solitaire et peu d’outils pratiques et théoriques existent à ma connaissance pour les explorer.

Je n’ai pas la prétention de créer une théorie unifiée du jeu de rôle solitaire. Mon analyse vaut pour la pratique qui m’intéresse de développer et mon analyse est donc réduite à ce prisme. Je ne cherche qu’à créer un champ d’analyse qui me permette de comprendre ma façon d’appréhender ce type de jeux, de pouvoir améliorer ma pratique, créer des outils dédiés, identifier les jeux de rôles à plusieurs qui se prêtent particulièrement à l’exercice et créer des jeux de rôles conçus spécialement pour le jeu solitaire.

La spécificité

La spécificité du jeu de rôle solitaire repose dans son intitulé même. Une seule personne participante est garant auprès d’elle-même de la qualité de la partie. A l’opposée du jeu de rôle à plusieurs dont les interactions fournissent des formes de plaisir associés à l’échange, le jeu de rôle dans sa dimension solitaire offre de nouveaux types de plaisir que j’entreprends d’analyser.

Le corpus théorique étant bien fournis dans le domaine du jeu de rôle à plusieurs, et la comparaison étant évidente, je réutiliserai volontiers des concepts existants tout en essayant d’expliquer les différences dans le champ d’application du jeu de rôle solitaire et de tenter l’introduction de nouveaux termes pour souligner les éléments spécifiques à cette pratique.

Pourquoi « solitaire » ?

J’ai fait le choix d’utiliser le terme solitaire au lieu de “solo”. Pour plusieurs raisons.
En premier lieu, c’est pour éviter la confusion avec le jeu de rôle dit “solo” qui consiste en une meneuse de jeu + une joueuse. C’est une confusion que j’ai constaté à maintes reprises lors de discussions avec des rôlistes.
Ensuite, le terme solitaire renvoie à l’histoire même du jeu. Le jeu de rôle solitaire est une forme de jeu de société. Les jeux de société ont déjà tout un pan connu de jeux solitaires. On peut penser notamment au jeu de carte “Le solitaire” ou au jeu de billes sur un plateau qu’on appelle également “solitaire”.
Enfin, j’aime également son renvoi historique aux livres dont vous êtes le héros, et notamment à sa série bien connue des “Loup Solitaire”.
A noter qu’il y a également un renvoi amusant à ce qu’on appelle les “plaisirs solitaires” qui n’est pas sans nous rappeler la dimension intime même du jeu solitaire, sur lequel je reviendrai car je pense que c’est une spécificité importante de cette pratique.

L’imaginaire

A la base du jeu de rôle solitaire se trouve l’imaginaire. Une capacité de projection qui nous permet de construire mentalement des représentations qui sont hors de notre portée physique. Si l’imaginaire est un élément évidemment essentiel du jeu de rôle à plusieurs, le jeu de rôle solitaire a ceci de spécifique que l’imaginaire peut se suffire à lui-même : on ne communique pas nécessairement le jeu par le biais du langage.

Exemple : Je rencontre une nouvelle personne que je trouve fort sympathique. Mes pensées m’amène à construire une projection dans laquelle je m’imagine dans un futur hypothétique dans lequel je suis ami avec elle et je partage du temps avec lui à faire du ping-pong.

Délimitation du jeu

Avec cette base, on pourrait se poser la question si l’humanité n’est pas sans cesse en train de faire du jeu de rôle solitaire. Pour établir un champ de recherche, il nous faut ajouter des éléments. Pour entrer dans le jeu, il est nécessaire de délimiter un temps de jeu donné, dans lequel nous allons nous créer des contraintes pour modeler notre imaginaire dans le but d’avoir une forme de plaisir ludique. Cela renvoi à la théorie des jeux et cette délimitation du jeu est discutable, mais elle permet dans notre cadre de pouvoir se concentrer sur ce qui m’intéresse, à savoir le jeu de rôle solitaire consciemment délimité comme un temps de jeu dans un but ludique.

Le but n’est pas tant de tenter une définition du jeu de rôle solitaire (et encore moins du jeu de rôle en général), mais bien d’identifier une notion importante : dans le jeu de rôle solitaire, le temps de jeu et ses contraintes n’est accepté que par une seule personne. Il s’affranchit donc d’un quelconque contrat social avec d’autres personnes. Même si ces décisions sont issues de propositions (un texte de jeu) ou de personnes extérieures, le seul participant en accepte les contraintes et les manipule durant la partie.

Exemple : J’ai envie de faire un jeu de rôle seul aujourd’hui. Je décide de commencer à jouer maintenant et je ne me fixe pas d’heure de fin exacte, mais je sais que j’arrêterai certainement dans une heure ou deux pour faire d’autres choses de ma journée. Je prends le texte de jeu d’Ironsworn pour contraindre mon imaginaire et ainsi accepter cette proposition de jeu. Pendant ma partie, je décide d’ignorer certaines mécaniques pour me concentrer sur une description détaillée de mon personnage s’étant lancé dans l’ascension d’une montagne qui le mène jusqu’à un haut château. Je décris un nouveau personnage selon une contrainte qui m’a été donnée par une amie avant le début de ma partie. Au bout d’1h30, j’arrête ma partie, satisfait de ce temps de jeu.

Rôle ou point de vue

Une fois la zone de jeu délimitée, il reste encore des choses à établir. Pour explorer cette projection imaginaire, il nous faut adopter un point de vue. On peut créer un ou plusieurs rôles : des personnages. Ce peut être une simple projection de nous-même. On peut même imaginer n’être qu’un point de vue donné. Par exemple, je peux imaginer survoler des paysages qui défilent. Dans ce cas extrême, je n’incarne pas un rôle, mais seulement un point de vue.
Ce qui m’intéresse particulièrement dans ma pratique, c’est d’incarner des rôles humains ou proches d’être humains. Dans la suite de mes pérégrinations théoriques, je choisis donc de concentrer mon champ théorique sur l'interprétation de rôles, mais je note qu’il y a ici un autre champ particulier à explorer au sein même du jeu de rôle solitaire.

La contrainte et le support de jeu

Quand j’ai commencé à faire consciemment du jeu de rôle solitaire, j’ai remarqué que mon imagination vagabondait aisément et que je perdais le fil de ma pensée pour réfléchir à d’autres choses. Cela provoquait deux choses : 1. des explorations imaginaires qui partent dans tous les sens et 2. se mettre à réfléchir à d’autres choses (par exemple relatifs à ma vie quotidienne) et donc sortir du jeu. J’ai compris à ce moment là qu’il fallait me fixer des contraintes créatives pour me maintenir dans ma zone délimitée de jeu et me focaliser sur une expérience de jeu particulière.
Si on peut donc aisément faire du jeu de rôle solitaire en faisant simplement vagabonder son esprit, nous ne sommes pas égaux sur notre capacité à focaliser notre attention. C’est là que les contraintes et les outils de jeu sont utiles pour construire des expériences de jeu. De plus, à l’instar des propositions de jeux de rôle à plusieurs (par exemple un livre de jeu de rôle), les propositions extérieures permettent d’explorer des choses que l’on n’aurait pas nécessairement exploré nous-même. Il y a donc selon moi un intérêt tout particulier à utiliser des supports de jeu pour développer et varier ses expériences de jeu de rôle solitaire.
C’est en particulier sur les aller-retours entre l’imaginaire et les supports de jeu extérieurs que j’ai à coeur de construire des outils théoriques, afin de comprendre comment on peut mobiliser des outils pratiques pour enrichir son expérience de jeu.
Maître-Bois - Mes jeux de rôle et mon blog
Willox - Mes vidéos sur le jeu de rôle (mais pas que).

atanaka
Messages : 27
Inscription : 11 avr. 2018 15:34
Prénom :

Re: Pour une théorie du jeu de rôle solitaire - Partie 1 (Introduction)

Message par atanaka » 27 mars 2019 15:30

Merci pour ces réflexions, j'ai hâte de lire la suite. :)

Répondre