OSR : un label rétrovieux

Pour annoncer des actualités variées ou communiquer sur une création
Avatar de l’utilisateur
OSR
Messages : 18
Inscription : 31 août 2018 13:53
Prénom :

Re: OSR : un label rétrovieux

Message par OSR » 13 sept. 2018 10:50

Steve J a écrit :
13 sept. 2018 09:58
Sinon je feuillette le Système 4C et je ne comprends pas ta volonté de mettre en couverture une image de Mucha, certes jolie mais qui n'évoque pas tellement le genre super-héroïque (sauf à imaginer le cercle qui entoure la demoiselle comme une épée stylisée :mrgreen: ).
Déjà, je tenais à ce que le projet soit 100% libre et 100% "anonyme" (pour éviter les listes de crédits et d'attribution longues comme le bras, même si ce cher Alfons est très reconnaissable, et signe ses oeuvres), et comme je dessine comme une patate (quoique ... un de ces jours je pourrais ressortir mes crayons) je me dois de puiser dans le domaine public, les rares productions CC0 ou "Domaine Public autoproclamé".

Et donc, sur le périmètre limité d'oeuvres utilisables, j'ai fait une collection d'illustrations en couleurs, puisant par exemple dans un défunt projet libre "Heroes & Henchmen", OpenClipart, Wikimedia, et les oeuvres anciennes. Mucha, en particulier, outre une "patte" encore appréciée de nos jours et d'un héritage fécond, a produit pas mal d'illustrations allégoriques où s'exprime une beauté, une intemporalité, un côté onirique et mythologique très inspirants. Et, qui d'ailleurs, inspire voire illustre déjà du JdR (cf Nobilis v1).

L'illustration que j'ai choisie ("La Danse", 1898) pour la couverture m'évoque une magicienne invoquant des forces élémentaires, ou une déesse de l'automne prenant son envol... Ce côté divin/magique ressortit AMHA du super-héroïsme. Et il est plaisant de faire contraste avec ce que l'on attend d'une couverture super héroïque, une poignée de types musculeux flanqués d'une nymphette psionique, affrontant un gros monstre verdâtre.
Steve J a écrit :
13 sept. 2018 09:58
Qu'est ce qui te semble remarque dans ces mécaniques pour mériter de s'y plonger ?
Alors voici une liste d'arguments (plus ou moins discutables bien entendu) :
  • côté contexte
    • ça vient de la première décennie de TSR (ça c'est pour une certaine définition de l'OSR)
    • le succès du système original se prolonge de nos jours, avec de multiples publications amateurs
    • et donc des rétroclones (Système 4C, FASERIP) et dérivés (PH4SE, Foresee Alpha, G-Core, Human(ish), 4Saken, etc.) permettent de prolonger cette expérience de manière légale et libre
  • côté technique
    • c'est un système simple, exprimé sur peu de pages, permettant de définir un personnage en quelques lignes, une poignée de chiffres et quelques minutes
    • c'est un système en apparence très "scripté", avec des tables de résolution à foison, mais en pratique plein de "trous" où se glissera avec délectation le MJ malin, guidé par des principes généraux sous-jacents (notamment le système de résolution assimilable à un "non"/"oui mais"/"oui"/"oui et")
    • c'est un système dénué d'ambitions théoriques, notamment sur la nature de la définition des pouvoirs, oscillant entre le "effect-based" ou pas, selon les besoins du pouvoirs concernés (entre la toute-puissance d'une "Domination Elémentaire du Feu" et une bête "Armure")
    • Il possède quelques ébauches de "narrativisme" avec une gestion de la Destinée (mesurant à la fois la chance, l'héroïsme et la moralité) et de la Popularité, le côté abstrait de la Richesse et du matériel. C'est certes "primitif" mais assez souple pour que les joueurs aient des choix dans l'orientation du récit.
  • Par contre, pour les amateurs du jeu d'origine, certains aspects "narratifs" ont disparu :
    • Disparition de l'aspect "moral" du jeu d'origine : on peut utiliser impunément des armes à feu (mécaniquement, en ce qui concerne le "Karma")

Avatar de l’utilisateur
OSR
Messages : 18
Inscription : 31 août 2018 13:53
Prénom :

Re: OSR : un label rétrovieux

Message par OSR » 13 sept. 2018 15:37

RicPogan a écrit :
12 sept. 2018 15:24
... pourquoi s'accrocher au sigle "OSR" que tu n'arrêtes pas de dénigrer ? ...
Soit dit au passage, cet acronyme récursif ("OSR ne Signifie Rien") est certes un chouïa ironique pour évoquer la définition floue de l'OSR, mais c'est aussi un hommage au monde du Libre (car je suis aussi un amateur du monde GNU/linux).

Le monde du Libre, et de l'informatique en général, est rempli d'acronymes récursifs humoristiques pour désigner des travaux très sérieux, dont voici une liste non-exhaustive :
  • GNU (l'environnement dont linux est le noyau) = GNU is Not Unix
  • LAME (l'un des principaux convertisseurs MP3) = Lame Ain't an MP3 Encoder
  • WINE (le principal outil pour faire tourner des logiciels Windows sous Linux) = Wine Is Not an Emulator
  • Bing (le moteur de recherche par Microsoft) = Bing is not Google (ce qui n'est pas la signification officielle)

Avatar de l’utilisateur
OSR
Messages : 18
Inscription : 31 août 2018 13:53
Prénom :

Re: OSR : un label rétrovieux

Message par OSR » 13 sept. 2018 15:54

thomas munier a écrit :
13 sept. 2018 10:08
OSR a écrit :
12 sept. 2018 16:04
Encounter Critical n'est pas un clone, mais est entièrement bâti sur des prémisses OSR, notamment les "rulings" indispensables pour décrypter les compétences absurdes et nébuleuses dont sont dotés les personnages. Et bien entendu, pas mal de monde a cru que c'était un jeu datant de 1979, le canular était assez fin (et propagé par des bloggeurs complices influents comme Jeff Rients).
Si c'est un canular, il semble qu'il a vraiment bien pris. A moins que ma mémoire me joue des tours, Icosaèdre le mentionne dans les premiers jeux de SF sur leur vidéo à propos de Traveller :)
Sur le GRoG il est bien daté de 1979, mais le canular est explicité à la fin de la fiche de gamme : http://www.legrog.org/jeux/encounter-critical

Répondre