[Les Murmures de Shub-Niggurath] Ce qu'on lui chuchotait à l'oreille

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 756
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[Les Murmures de Shub-Niggurath] Ce qu'on lui chuchotait à l'oreille

Message par thomas munier » 08 sept. 2018 07:45

CE QU'ON LUI CHUCHOTAIT À L'OREILLE

Premier test de cette nouvelle version des Murmures de Shub-Niggurath. Un enregistrement et un récit par Claude Féry, Gabriel Féry et Mathieu Féry

Le jeu : Les Murmures de Shub-Niggurath, jouer la vie d'un horla.

Lire / télécharger la mp3

Nous avons ensuite procédé à l'essai de Les Murmures de Shub-Niggurath V2.

J'ai trouvé cela plaisant, les garçons aussi, même si je demeure réservé sur la qualité de l'ensemble.
Cela fonctionne à peu près.
Nous avons presque respecté la règle.
Les garçons ont éprouvé quelque difficultés à ne pas paraphraser leurs inflorescences.
L'empathie fonctionne à tel point que le jeu d'approbation dans la phase de naissance a été omis pour mon intervention, non qu'ils approuvent totalement ou n'aient rien ressenti, mais parce qu'ils étaient dans une écoute profonde.
L'aller et retour avec la règle a quelque peu nuit à l'immersion, mais globalement ce ne fut pas trop dommageable.

Image
Paul B. (Halifax), cc-by-nc, sur flickr.com

Sur l'enregistrement figure une règle audio sur les 17 premières minutes, puis ensuite vient la fiction entrecoupée par nos commentaires, pour finir sur un long entretien.

Les garçons étaient contents, enthousiastes même. Mathieu à sa façon car très réticent face aux jeux ou il doit fournir de lui même et ne pas simplement réagir au MJ.

A ce propos je pense que nous avons été très généreux à son égard avec nos bienfaits, une mesure de l'empathie autour de la table sans doute, mais correspondant bien à l'idée d'une certaine forme de rédemption possible pour l'Anguille qui fut le sujet de notre expérimentation.: déterminer la nature de l'empreinte subie par Othon à l'issue de l'acte III en contrepartie de l'injecteur.

Bisounours toujours !

Le type de fiction, je pense, pourrait être du niveau de celui à espérer d'Inflorenza Minima. Toutefois, la contrainte orale du murmure renforce l'aspect émotionnel.
Après cette expérience, la conviction que L'Empreinte n'est pas un mini-jeu, se renforce en moi. Il est très exigeant de toutes les joueuses et il produit une dynamique autour de la table favorisant l'émergence d'émotions fortes. Ma proposition se cantonne quant à elle, à un mini jeu au coeur d'un dispositif plus ample.
Nous n'avons ainsi joué qu'une trentaine de minutes de fiction, peut-être un peu plus, mais guère et le format que j'ai adopté est certes favorable à une écoute attentive, mais empêche l'interaction immédiate entre les joueuses. J'importe à la table les frustrations pouvant êtres ressenties en jeu par forum.
A ce stade je continue de penser que l'idée du murmure est un mode de jeu intéressant.
Les phases différenciées et alternées permettent effectivement à chacune des joueuses de créer le horla et favorisent une très grande forme d'émergence.
Mais ces alternances sont probablement pas assez intuitives ou spontanées, trop cérébrales, pour ne pas d'un autre côté restreindre l'immersion.
Voici le bilan mitigé du jour


Réponse de Thomas :

B. Concernant les Murmures de Shub-Niggurath, je n'avais pas retenu de la première version qu'il fallait murmurer, mais c'est une très bonne idée. ça doit mettre une ambiance bien poisseuse.

C. Concernant la fiction, je me rappelle maintenant que lors du test, Arjuna avait insisté sur le fait qu'on ne faisait pas des scènes, mais des tableaux. Je crois que d'après elle on était censés décrire le horla sans le mettre en mouvement par une narration. Mais c'était difficile et lors du test nous avons spontanément raconté comme on le ferait dans un autre jeu narratif. pour autant, cette contrainte de tableau, je la trouve aujourd'hui assez digne d'intérêt, ça voudrait peut-être le coup de réessayer.


Autres réponses de Thomas :;

A. La mécanique de dons de jeton "blanc j'aime / noir j'aime pas" sonne compétitif. J'ai l'impression d'ailleurs que vous ne l'utilisez pas vraiment dans cet esprit. Puis-je suggérer des pistes différentes de distribution des jetons qui sonnent moins compétitives ? Jeton blanc : "tu dis la vérité, blanc / c’est du bruit, noir" ou "c’est beau, blanc / c’est horrible / noir". Ici on donne les jetons non pas pour récompenser ou punir, mais pour montrer comment on comprend ou comment on reçoit la narration de l'autre.

B. Trop de termes de règles poétiques (inflorescences, racines, mots, maux, bienfaits, noirceurs...) peuvent nuire à la compréhension et donc à la poésie du récit en lui-même. Que penserais-tu de rendre certains termes plus neutres ?

C. Vos narrations prennent (sauf pour le fétu d’âme) l’aspect de la pensée qui s’adresse au horla, et non une description du horla (dont on ne saura rien de l’apparence) à la troisième personne : beaucoup de non-dit. Qu'en penses-tu ? Est-ce ce que tu veux ou est-ce un problème ?

D. Biais de convergence du fait que vous avez utilisé comme horla un figurant d’une de vos parties de l’Empreinte. Le fait que vous ayez tous les trois écrit à peu près la même infloressence est symptomatique et ne serait pas arrivé si vous étiez partis de rien. Qu'en penses-tu ?


Claude :

A. Oui..mais dans ce cas il convient que je trouve une formulation que je reformule cela sous une forme d'histoire et j'utiliserai ta dernière formulation dans la synthèse mémo en une page

B. Oui dans la règle en une page

C. D. Cela demeure ouvert. A l'origine c'était d'explorer un aspect de notre histoire avec un autre prisme (cadre de jeu) nous pareillement défini notre communauté de dormeurs, campagne dans la lignée de fragments avec le jeu une année de répit. Sur ce plan, le mini jeu a fait la blague. Mais maintenant, j'envisage de poursuivre sur murmures le plus tôt possible avec Gabriel.
Le projet sera de revisiter notre expérience avec une série de horlas hors du champs de nos parties et achever sur un figurant connu et aimé.
De nous placer au dedans, comme au dehors et de vivre une partie de leurs expériences.
L'idée est donc de titiller un peu tous les écueils que tu soulèves et déterminer si la forme retenue au départ issue d'une itération sur l'idée d'Arjuna ne mérite pas d'être délaissée au profit d'un mécanisme plus lâche, moins ritualisé
Le résultat en l'état est loin de ce que je souhaite obtenir ou éprouver à la table.
Rien n'est pour moi figé, mais j'estime qu'il y une dimension à explorer, à éprouver.
Ma contribution est modeste, mais j'ai besoin de matérialiser les étapes
Et chaque mot que je pose autour du cadre de mon tableau me permet d'ouvrir d'autres perspectives
Je vais donc retravailler tout cela pour proposer quelque chose de plus efficace en espérant produire une fiction moins indigente
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre