[Psychomeurtre] L'idole de Berlin

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 567
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[Psychomeurtre] L'idole de Berlin

Message par thomas munier » 23 oct. 2017 09:52

L'IDOLE DE BERLIN

Ambiance guerre froide et conspirationnisme occulte pour cette enquête dans l’univers de Cold City. Un récit par Damien Lagauzère.

Image
crédits : abgrafixlab, licence cc-by-nc, galerie sur flickr.com


Le personnage :

Trenton Bach a 32 ans. C'est un ancien du CIC. Il a passé la guerre aux USA. En mission à Roswell en 1948, il a été témoin du crash. Il a alors été enrôlé au sein de la CIA.
Il est aujourd'hui missionné à Berlin afin d'intégrer la RPA et découvrir si, pendant la guerre, les nazis ont eu des contacts avec des entités extraterrestres et si, aujourd'hui, c'est le cas des soviétiques. Mais pour lui, c'est surtout l'occasion de tisser avec des liens avec l'organisation soviétique GK11. Il espère pouvoir intégrer ses rangs et y faire une carrière plus prometteuse qu'au sein de la CIA, convaincu qu'il est que les travaux des Soviets en matière de paranormal sont plus avancés que ceux des Américains..
Il est passionné par les travaux de Freud et de Jung sur l'interprétation des rêves et n'hésite pas à interpréter les siens. Il a d'ailleurs, affirme-t-il, résolu certaines enquêtes grâce à ses réflexionssur ses propres songes.

Toutefois, il tente de cacher ce que, par moment, il appelle « une lâcheté qui a coûté cher ».
Mais rares sont ceux qui en savent plus.

Il tient en très haute estime son mentor sur le site de Roswell. Ce serait peut-être la seule personne à même de le faire renoncer à son projet d'intégrer GK11 et le bloc soviétique.

Au professeur Baker, il faut ajouter son cousin, Billy Bach, alcoolique allant de cure en cure. Trenton se sent responsable de son état et prend soin de lui autant que possible. Il n'est pas exclu qu'il cherche à le faire passer à l'Est s'il devait réaliser son projet. Billy peut aussi être un moyen de pression pour le faire renoncer à ses plans.

Pour l'heure, Trenton est à Berlin en tant qu'agent de la RPA.

Ses compétences d'enquêteur : Analyse scientifique, Coordination des forces de l'ordre, Interrogatoire, Négociation, Profilage, Scène de crime.


Règles spéciales :

-la scène « Victime » devient la description d'une scène de crime.
-scènes de Figurant : 1D6 et ajouter aux propositions :
5-une organisation secrète liée à l'affaire.
6-une organisation secrète poursuivant ses propres fins.
-scènes Intimes : 1D6 et ajouter aux propositions :
5-le perso poursuit son objectif national.
6-le perso poursuit son objectif personnel.


L'histoire :

Scène de crime :

L'agent Bach arrive dans le quartier de Templehof (secteur US) en fin d'après-midi. Le dossier a été transmis à la RPA et le directeur Wright a confié l'affaire à Bach, espérant que sa nationalité américaine lui faciliterait les choses.
Dès son arrivée à Templehof, il est pris en charge par l'armée US qui le conduit dans les ruines d'une brasserie (« les 1000 délices de Berlin »). Conformément aux instructions, la scène de crime est toujours intacte.
Bach examine rapidement le corps avant qu'on l’emmène pour autopsie. Il s'agit d'une petite fille d'environ 10 ans aux longs cheveux bruns. Ses vêtements sont déchirés. Il y a du sang mais pas assez pour penser qu'elle a été ici à cet endroit. L'enfant est allongée sur le dos. Bach ne voit pas de
plaie. Elle doit en avoir dans le dos. Il trouve dans ses affaires de quoi l'identifier comme Enya Wasser, 10 ans. Il donne alors son autorisation pour que le corps soit emporté. Il en profite pour observer le dos de la petite fille. Il ne voit rien évoquant les coups de couteau auxquels il s'attendait.
À la place, il dénombre 4 ou 5 petites incisions circulaires.
Il fait ensuite le tour de l'ancienne brasserie. Dans les décombres, un livre a été laissé en évidence. Il s'agit de « Chaleur et traumatismes », un essai de psychologie rédigé par un certain docteur Reus. Le livre compte 259 pages. Il y a un marque-page au début du chapitre 7
(« Symbolique de la chaleur dans l'idolomanie. De la construction de la figure archétypale de l'Enfer »).

Quand Bach demande en quoi cette affaire relève de la RPA, on lui montre, un peu plus, au ras du sol, une série d'inscriptions en lettres de sang. Bach reconnaît tout de suite ces symboles. Il en a déjà vu de semblable il y a deux ans, à Roswell. Il confit alors le livre en espérant trouver des empreintes.

Scène d'enquête :

Pour Bach, il est évident qu'il y a un lien entre les symboles et la référence à l'Enfer. Ce qu'il sait être des symboles d'origine extra-terrestre serait pour le tueur le langage des démons. La victime pourrait alors être un sacrifice, dont la valeur serait lié à l'innocence de l'enfance.

Mais pourquoi avoir peint ces symboles au ras du sol ? Parce que l'Enfer est sous Terre ? Ou plutôt parce que le tueur serait tiraillé par la culpabilité et le désir de ne pas se faire prendre. Aussi, il aurait laissé inconsciemment un indice « discret ». S'il cherche à ne pas se faire prendre, c'est qu'il doit s'agir d'un tueur organisé. Peut-être qu'il se perçoit comme l'instrument, le serviteur ou la victime du Diable ou d'un démon. Peut-être même a-t-il des complices ? D'ailleurs, Bach note que les travaux de Reus ne sont pas des plus connus. Aussi, comment le tueur a-t-il eu accès à ce livre ?
Ce serait un thérapeute lui-même ? Un universitaire ? Un patient ? Peut-être aussi qu'il souffre d'idolomanie ? Mais surtout, d'où connaît-il ces symboles ? Soit c'est un américain qui a travaillé sur le site de Roswell, soit les extra-terrestres se sont aussi manifesté en Allemagne. Bach garde aussi en tête que cette signature est peut-être un piège tendu à la RPA ou au USA.

Pour l'heure, il penche plus pour la thèse du tueur « Exécutant ». Le tueur souffrirait donc d'idolomanie et aurait été suivi par un thérapeute, d'où sa connaissance du terme. Il se croirait donc l'instrument plus ou moins volontaire du Diable ou d'un démon lui ordonnant de tuer.
Le corps n'ayant pas été tué sur la scène de crime, on peut donc penser que le tueur a une planque. Peut-être a-t-il même des complices, notamment s'il agit au sein d'un culte démoniaque ou d'un réseau reproduisant certaines expériences menées par les nazis durant la guerre. Dans ce cas, peut-être que ce réseau a eu vent de ce qui s'est passé à Roswell, voire a eu des contacts avec les extra-terrestres. Dans tous les cas de figures, Bach craint qu'il n'y ait d'autres victimes.

Scène de personne à charge :

1941, Bach abandonne en urgence ses collègue pour rentrer à Missoula. Il se rend immédiatement au commissariat. Son cousin, Billy, a une fois de plus était arrêté pour coups et blessures en état d'ivresse. Bach calme le jeu et obtient la libération de son cousin. Il le fourre dans sa voiture. Là, il lui fait la morale pour la 1000ème fois mais Billy n'écoute pas plus que les autres fois. Une fois rentré, il le met au lit après lui avoir fait prendre une douche froide. Son cousin s'endort aussitôt. Bach se rappelle pourquoi il fait tout ça. Puis il saute dans sa voiture pour rejoindre ses collègues.

Scène d'enquête :

Bach demande à l'armée US et à la Vopo de procéder à l'interrogatoire des parents de la victime et des voisins. Il espère pouvoir trouver des témoins (peu probable selon lui) mais surtout dégager des trajets empruntés régulièrement par la petite. Là, il pense pouvoir trouver les lieux les plus propices à un enlèvement ainsi que de nouveaux témoins potentiels.
Pendant ce temps, il épluche les dossiers des thérapeutes berlinois à la recherche d'un patient idolomane. Avec un peu de chance... Et il tombe sur le dossier de Dieter Drubek (42 ans) qui a consulté le docteur Léonard Engel d'août 1943 à juillet 1945. déjà, le psychologue se montrait inquiet face aux déclarations violentes de son patient. Le plaisir qu'il prenait à celles-ci était toutefois teinté de culpabilité, mais aussi de crainte. La thérapie s'est achevée alors que Drubek a omis d'honorer un rendez-vous. Il n'a ensuite plus donné de nouvelle.

L'interrogatoire des parents fut positif dans la mesure où plusieurs lieux ont été identifiés. Mais il faut encore trouver des témoins. Et cela va être d'autant plus difficile qu'ils sont en secteur anglais. Bach est convaincu que la victime n'a pas été choisie par hasard. Le tueur a choisi une enfant qui serait facile à maîtriser. Il a aussi certainement espionné ses allers et venues afin de trouver le meilleur moment et le meilleur endroit pour l'enlever. Il n'est pas exclu qu'il ait choisi un endroit proche de sa planque.

Scène de complice :

Quartier de Charlottenburg, secteur britannique, dans un petit appartement propre et neutre.
Drubek est nerveux. Il attend d'être reçu par celui qu'on nomme avec respect « la Tempête ». ça y est, on l'appelle. Il entre. La tempête est revêtu de sa robe de cérémonie sombre. Sa capuche cache la partie supérieure de son visage. Son col étouffe sa voix au fort accent allemand. « Les diables ont
encore besoin de sang ! »

La Tempête tend à Drubek une sorte de grosse fiole en verre qu'il fixe à une espèce de gros pistolet dont le canon se compose de 4 grosses aiguilles. Puis il est congédié.

Scène d'enquête :

Bach consulte le compte-rendu d'autopsie. Enya a subi des attouchements mais n'a pas été violée. Peut-être que dans son délire Drubek n'a pas voulu attenter à l'innocence de sa victime, innocence qui lui confère toute sa valeur aux yeux des démons. Par contre, elle a été vidée de son sang. Mais après avoir été étranglée. C'est donc après sa mort qu'elle a été piquée. Le sang s'est visiblement écoulé par 4 incisions circulaires au milieu du dos. Le légiste a également retrouvé les traces d'une substance anti-coagulante qui a facilité l'écoulement du sang. De plus, Enya souffrait d'une anomalie cardiaque.

Est-il possible qu'on l'ait tuée juste pour lui prélever du sang ? Est-ce un trophée, une offrande, un fétiche ? Le tueur prélève-t-il un petit échantillon puis laisse sa victime se vider avant de se débarrasser du corps ?

Une enquête sur Drubek montre qu'il faisait le ménage dans une église. Il est difficilement concevable qu'il ait accès à des produits pharmaceutiques. Par contre, cela a certainement alimenté sa pathologie. Il doit donc avoir un complice, un fournisseur, quelqu'un s'y connaissant en produit chimique, pharmaceutique et en biologie. Un médecin, un infirmier ? Ce complice le manipulerait ?
Pourquoi ? Pour obtenir du sang ?

Parallèlement, Bach envoit la Vopo fouiller Charlottenburg afin de trouver des témoins. Il charge les soldats US de trouver Drubek. Lui, consulte la liste des paroissiens à la recherche d'un médecin ou autre complice potentiel. Et il tombe sur le nom du Dr Engel, qui habite également dans le secteur britannique, à Charlottenburg justement. Aurait-il falsifié ses notes concernant la fin de la thérapie de Drubek ?

En fin de journée, la Vopo et les soldats rentrent bredouilles.

Une organisation liée à l'affaire :

Quartier de Charlottenburg, secteur britannique, dans un petit appartement propre et neutre.
Celui qu'on appelle la Tempête est nerveux. Il attend son contact du MI-6. Il ne sait pas pourquoi on lui demande de faire ça. Il n'aime pas ça. Mais il sait que c'est son passeport pour l'ouest.

Scène d'enquête :

Drubek est introuvable. Bach décide de convoquer sa famille, ses proches. Il organise aussi des recherches concernant Engel. Normalement, ce dernier ne soupçonne pas qu'on le cherche. Il devrait donc être plus facile à trouver.
Le médecin a bien résisté un peu ors de son interpellation mais s'est finalement rendu assez facilement. Bach s'apprête à l'interroger dans une salle au sous-sol du QG de la RPA.

Scène de crime :

On vient de retrouver le corps du petit Peter Hauser (8 ans) dans le quartier de Zehlendorf. Ilprésente les mêmes marques d'aiguilles qu'Enya. Il a aussi été étranglé mais pas vidé entièrement de son sang. Cette fois, le tueur n'a pas laissé de livres, mais on a retrouvé les mêmes étranges symboles tracé avec le sang de la victime.

Scène d'enquête :

Quand Bach entre dans la salle d'interrogatoire, le dr. Engel a retrouvé une certaine contenance. Il se montre même quelque peu agressif. Bach le rembarre immédiatement et lui explique être tout à fait au courant de son rôle dans les meurtres commis par Drubek. Il n'a besoin de lui que pour savoir où il se cache et l'empêcher de tuer à nouveau. Ensuite, Engel devra rédiger des aveux. Puis, peut-être qu'il verra ce qu'il peut faire pour que cette affaire se termine sur le territoire américain. Bach remarque que ce dernier détail éveille l’intérêt du médecin. Il se radoucit et poursuit son baratin. Il lui propose ainsi de poursuivre ses travaux pour le gouvernement US.

Mais avant, il faut arrêter Drubek.

Soudain, Engel se referme et demande à passer un appel. Bach estime ne pas avoir de temps à perdre. Il sait qu'il prend un risque mais exhibe son badge de la CIA pour attester du sérieux de son offre. Là, Engel accepte de parler.

Il explique être en lien avec les services secrets britanniques qui lui ont promis de le faire passer à l'ouest en échange d'échantillon de sang. Il a donc manipulé un de ses patients, Drubek, pour ne pas avoir à se salir les mains. Il lui a donc donné l'adresse d'une planque que les Anglais ont mis à sa disposition, mais lui-même ne s'y est jamais rendu. Il affirme être sincère quand il dit ne pas savoir à quoi servent ces échantillons, ni pourquoi les Anglais ne se contentent pas de se servir dans leurs propres hôpitaux militaires. En fait, il s'en moque. Il veut juste quitter l'Allemagne.

Scène de proche :

Il est tard. Paul s'impatiente. Il a prêté son side-car à son ami Dieter et ce dernier est en retard. Or, Paul en a besoin demain pour travailler. Un bruit de moteur se fait entendre. Paul est rassuré. C'est Dieter. Ce dernier s'excuse platement. Il est gêné, nerveux. Mais bon, ce n'est pas grave. Paul a récupéré son side. Dieter aura bien le temps de prendre un verre...

Scène de confrontation :

Bach a pris la tête d'une force d'intervention composée de soldats US et d'agents de la RPA. Ils ont pataugé pendant 25mn dans les égouts avant de trouver la planque indiquée par Engel, un vieux local de maintenance abandonné.
Là, ils tombent nez-à-nez avec Drubek alors même qu'il s'apprête à planter ces étranges aiguilles dans le dos d'une petite fille. Bach saisit son arme et tire !
Par chance, la petite fille est vivante. Elle est évacuée vers un hôpital militaire américain.
Les agents de la RPA commencent à inspecter les lieux. Bach, quant à lui, sait qu'il en trop dit en dévoilant son appartenance à la CIA à Engel. Il devra le faire disparaître lui aussi, plus discrètement.


Prochaine partie :

-que trouve-t-on dans cette planque dans les égouts ?
-Bach va-t-il être sanctionné pour avoir abattu Drubek sans sommation ?
-comment Drubek a-t-il eu connaissance des symboles aliens ?
-sur quoi travaillent les Anglais ?
-comment Bach va-t-il s'y prendre pour tuer Engel avant qu'il ne dévoile son secret ?


Commentaires :

Thomas Munier :
Je trouve sympa que ta scène de personne à charge soit un flashback, que ta scène de proche soit une vignette toute simple (je me demande en revanche si ça pu fournir un indice utile pour la suite de l'enquête ? ), ou encore le fait que visiblement pour forcer une réussite à un jet d'enquête, le héros montre son badge de la CIA alors qu'il devrait éviter, et que du coup il envisage de tuer son indic...

Damien Lagauzère :
non tout n'a pas était utile pour cette enquête mais le sera peut-être pour la suite. là, j'ai enchainé avec une interlude géré avec remember tomorrow et un pti poltergeist parce que j'aime bien ce jeu ^^ j'aimerais bien aussi me faire un épisode avec sphynx et un autre en adaptant montsegur 1244. bon, là déjà certaines choses se précisent. faudra que je vois comment ça évolue, dans quel sens ça part. mais dans toutes les campagnes solos que j'ai faites, ça se passe toujours un peu comme ça: ça part dans tous les sens puis une piste se précise et pas mal de trucs sont finalement inexploités, mais c'est pas grave ^^ oh sinon, oui montrer son badge, prendre le risque de s'exposer, l'a fait passer en mode vengeance et, pour éviter tout problème, il est revenu une nuit pour l'étrangler dans sa cellule. pour l'instant, pas de représailles, on dirait que personne ne l'a vu. mais actuellement il a d'autres soucis ^^
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre