[Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Pour poster les compte-rendus de vos parties
Répondre
Avatar du membre
angeldust
Prénom : Simon

[Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Message par angeldust » jeu. 27 juil. 2017 12:16

Hello tout le monde !

Suite aux CR du jeu de Mister T. (pas le gars avec la crête) qui se trouvent ici et ici, j'ai décidé de m'emparer de son travail et de l'adapter à ma campagne de Warhammer, pour 1 seul MJ.

Avant de commencer:
- On joue la campagne impériale (ya pas plus tradi !). Plus précisément, les PJ arrivent dans la ville de Middenheim.
- Je me base sur le bouquin "Le pouvoir derrière le trône" qui est un chapitre de la campagne impériale. En gros, on y présent la ville, les PNJ, les guildes et une enquête autour des gens influents de Middenheim.
- C'est la 12ème séance qu'on joue, donc on est assez à l'aise les uns avec les autres et assez avancés dans la trame de la campagne (que je ne fais pas jouer à la lettre de toute façon).
- Les PJ en ont vu des vertes et des pas mûres durant leur voyage. Ils arrivent enfin à destination. Les PJ sont:
-- Solvein qui vient rejoindre son mari commerçant de parfum. Elle vient de perdre sa fille et en souffre beaucoup.
-- Charlotte qui est envoyée par son père pour se marier à un noble de la cours du seigneur de Middenheim (localement appelé le Graf de Middenheim)
-- Villequin qui est le majordome de Charlotte
-- Elena qui est une mercenaire embauchée pour assurer la sécurité de Charlotte

Il y a déjà une dynamique de groupe qui est la suivante:
- Charlotte et Villequin sont proches (autant que leur statut le permet):
-- Charlotte fait confiance à Villequin
-- Villequin donnerait sa vie pour Charlotte
- Elena et Villequin sont amis:
-- Elena compte sur Villequin pour protéger Charlotte là où elle ne peut pas aller (genre à la cour)
-- Villequin compte sur la force brute d'Elena dans les situations dangereuses
- Charlotte et Solvein sont proches:
-- Solvein voit en Charlotte une seconde fille
-- Charlotte voit Solvein une noble qu'elle pourrait devenir si elle respectait les souhaits de son père, c'est à dire une femme au foyer modèle

Du coup, les Promesses entre PJ sont déjà presque fixées.

Ensuite, j'ai suivi le protocole de Valentin pour produire une préparation (un canevas). Les PNJ ont tous un objectif et divers liens qui les unis aux autres. Il y a des couples Bourreaux / Victimes, des gens qui font des mauvaises choses pour de bonnes raisons et des mauvaises choses pour de bonnes raisons. Pour info, ça m'a pris 1 heure pour faire le canevas et je pense pouvoir tenir 2/3 séances avec.

Pour info, la préparation se trouve ici.

J'ai ensuite laissé les PJ dans le canevas. Ils font ce qu'ils veulent. J'ai demandé à chaque joueur de trouver 1 promesse et 1 serment envers un ou plusieurs PNJ. Je lâche donc les PJ dans la cour du Graf. Ils déambulent et je ne fais que jouer les PNJ.

Dans la fiction:
- Villequin monte une école de domestique / réseau d'espion
- Solvein s'engouffre dans la nécromancie pour faire revenir sa fille
- Charlotte tente de vivre avec son nouveau mari
- Elena travaille pour la milice de la ville

A chaque fois, les PJ ont l'occasion de discuter avec des PNJ. On continue comme cela jusqu'à ce que tous les PJ aient 1 promesse et 1 serment. A la fin de la séance qu'on a joué, aucune promesse ni aucun serment n'ont été faits: cela veut simplement dire que les PJ veulent disposer de plus de temps pour explorer / rencontrer chaque PNJ. Et ça c'est cool !

Pour info, la partie a été enregistrée et vous pouvez la voir ici. La qualité du son est très très bof... :(
La feuille de perso réalisée pour l'occasion se trouve ici.

Je vous tiendrai au courant des prochaines parties qu'on fera dans ce canevas :)

Pour conclure:
- on a utilisé les bases du travail de Valentin et je l'ai transposé à notre campagne. Je me rends compte que son jeu est jouable en OS et en campagne sans soucis
- l'avantage de la méthode de Valentin c'est que cela donne un protocole pour faire un canevas très rapidement et très rentable en terme de temps de jeu
- un autre avantage est que le MJ n'a qu'à se soucier de jouer les PNJ à fond, et c'est tout !
- les PJ vont naturellement vers les PNJ, ce qui donne de très belles scènes de vie. Il ne s'y passe rien de très particulier mais on explore les caractères des personnages, leur personnalité, leur psyché.. C'est exactement comme cela que nous aimons jouer (auto-promo: Terres de Sang, c'est le bien et c'est en court de publication...).
- J'ai kiffé !

Valentin T.
Prénom :

Re: [Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Message par Valentin T. » jeu. 27 juil. 2017 14:00

Super cool ce rapport, merci ! J'ai hâte de voir la suite.
- on a utilisé les bases du travail de Valentin et je l'ai transposé à notre campagne. Je me rends compte que son jeu est jouable en OS et en campagne sans soucis
Je pense que le rythme (OS ou campagne) est très lié à:
(1) la vitesse à laquelle sont faites les révélations;
(2) a quel point la table est plutôt en absorption ou en combativité (référence);
(3) quel est le système de résolution.

Concernant le point (3), je fais la prédiction que:
- un système où les actions complexes se résolvent simplement (un seul jet de dé pour résoudre l'issue d'une bataille entière par exemple) produira des parties courtes et très basées sur des coups d'éclats.
- un système où les actions complexes demandent toute une série d'actions (en version JdR tradi par exemple) produira des parties longues et très basées sur les intrigues et les manipulations.

Et j'ajoute que je pense que le point (3) influence directement les points (1) et (2). Un système simple va favoriser la combativité et la révélation de secrets, un système plus complexe va favoriser l'absorption et limiter la révélation de secrets. Je crois donc qu'on a un bon curseur pour ajuster le rythme des parties.
- l'avantage de la méthode de Valentin c'est que cela donne un protocole pour faire un canevas très rapidement et très rentable en terme de temps de jeu
- un autre avantage est que le MJ n'a qu'à se soucier de jouer les PNJ à fond, et c'est tout !
Bonnes nouvelles! ça faisait clairement partie des objectifs principaux que j'avais en tête en créant cette méthode.
- les PJ vont naturellement vers les PNJ, ce qui donne de très belles scènes de vie. Il ne s'y passe rien de très particulier mais on explore les caractères des personnages, leur personnalité, leur psyché.. C'est exactement comme cela que nous aimons jouer (auto-promo: Terres de Sang, c'est le bien et c'est en court de publication...).
Je crois que la manière dont les joueurs s'emparent du jeu compte beaucoup, notamment lié au point (2) cité plus haut. Le rythme est vraiment un cas assez clair pour lequel ce sont les joueurs qui font le jeu (référence).

Avatar du membre
angeldust
Prénom : Simon

Re: [Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Message par angeldust » jeu. 27 juil. 2017 14:32

(1) la vitesse à laquelle sont faites les révélations;
Dans ma préparation, chaque PNJ des infos publiques (rumeurs ou faits avérés) et des infos secrètes. Les infos publiques sont données d'entrée de jeu (dès que le PJ va voir le PNJ). Les infos secrètes:
- ne seront pas données avant que chaque PJ ait fait sa promesse et son serment.
- ne seront données que si les PJ cherchent activement à les connaître (chercher à être plus intime, espionnage, manipulation, promesses, etc.)
(2) a quel point la table est plutôt en absorption ou en combativité (référence);
Nous on joue en absorption à fond !
(3) quel est le système de résolution.
J'utilise FATE. Les PJ ont un niveau d'expertise dans certain domaine (par exemple 3 en assassinat). Il y a un seuil de difficulté à dépasser (par exemple pour assassiner le Graf, il faut 6). A chaque fois que le PJ obtient un avantage et qu'il me convainc, je lui donne +1 (par exemple: j'ai corrompu les gardes, j'ai un +1). Dès que le niveau d'expertise pour cette action précisément dépasse le seuil, j'accorde l'action.

Du coup:
- Je gère le rythme
- Mais ça peut créer des frustrations car je suis un gars à convaincre (positionnement joueur VS MJ un peu délicat)

C'est une approche très tradi en fait !

Avatar du membre
angeldust
Prénom : Simon

Re: [Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Message par angeldust » jeu. 3 août 2017 14:01

Deuxième séance dans le canevas de Middenheim, inspiré par le jeu de Valentin.

La partie enregistrée se trouve ICI.

Quelques éléments fictionnels d'abord:
- Villequin monte son école de majordomes / espions. Il dû faire un emprunt à un noble de la cour (voici une dette qu'il devra payer un jour). Le business semble bien fonctionner. Il a réussi à envoyer ses disciples dans quelques familles nobles.
- Charlotte tente de briser la glace avec son nouvel époux.
- Elena a monté une bande de mercenaires qui commence à faire son trou. Elle entretient une relation (monétisée) avec le docteur du Seigneur, ce qui lui permet d'entretenir sa compagnie de mercenaires.
- Solvein continue à essayer de faire revivre sa fille. Elle commence à faire des pactes dangereux avec des sectes des bas fonds de la ville.

Quelques retours:
- Toujours aussi sympa à jouer. De mon point de vue de MJ, je n'ai vraiment à me soucier de rien d'autre que de jouer les PNJ. C'est très agréable.
- Certaines promesses / serments sont un peu artificiels ou forcés.
1) artificiel: parfois, on a joué des scènes juste pour "acter" la promesse alors que c'était très clair dans la tête de tout le monde. Ce n'est pas grave en soit mais comme nous jouons toutes les scènes, ça a paru artificiel sur le moment
2) forcé: Les PJ sont des outsiders. Ils n'ont que peut de liens avec la cours du Seigneur. Parfois, les joueurs me disent: je vais voir ce type là juste pour découvrir/explorer le PNJ, voir comme il est. Les rencontres semblent peu naturels. Parfois, on a l'impression de forcer le destin (ah bah tient tu rencontres trucs pile au moment où tu te promenais). Les conversations qui en résultent ne sont pas forcément tout le temps intéressantes. Ces deux points viennent peut être du fait qu'on joue tout et qu'on fait rarement de méta là où il faudrait peut être clarifier hors jeu.
- Certaines info secrètes ont été révélées du fait que Villequin ait un réseau d'espion. Cela donne des pistes de réflexion et de jeu aux joueurs, avant même que le Fléau ne soit présenté.

Finalement, c'était encore une chouette séance. Les joueurs veulent encore en découvrir plus sur les PNJ. Toutes les promesses n'ont pas été faites. J'ai de quoi tenir une séance de plus. Je proposerai le Fléau très bientôt aux joueurs et cela risque de chambouler la dynamique actuellement en place (et ça va être cool !).

A suivre ;)

Valentin T.
Prénom :

Re: [Le jeu de Mister T. sauce Warhammer] La cité du Loup Blanc

Message par Valentin T. » ven. 4 août 2017 13:39

Merci pour ces retours !
angeldust a écrit :
jeu. 3 août 2017 14:01
- Toujours aussi sympa à jouer. De mon point de vue de MJ, je n'ai vraiment à me soucier de rien d'autre que de jouer les PNJ. C'est très agréable.
Super cool !
angeldust a écrit :
jeu. 3 août 2017 14:01
- Certaines promesses / serments sont un peu artificiels ou forcés.
1) artificiel: parfois, on a joué des scènes juste pour "acter" la promesse alors que c'était très clair dans la tête de tout le monde. Ce n'est pas grave en soit mais comme nous jouons toutes les scènes, ça a paru artificiel sur le moment
C'est un problème que j'ai aussi. Ce qui marche très bien, c'est de ritualiser dans la fiction les serments et les promesses.
Les serments permettent de faire des scènes très chouettes, selon leurs importances. Il faut bien penser que ce sont des événements sociaux. Les mariages sont un très bon exemple de cérémonies en vue d'un serment. J'y pense, ça peut même être très intéressant de demander aux joueurs ce qu'ils organisent pour le serment! Le faste déployé pour un serment peut même servir d'arme politique.
Pour les promesses, je conseille d'avoir une phrase-type ("Par ces mots je te promets de ..."), avec un geste associé. Par exemple, prendre la main de l'autre et prononcer la promesse, ou verser une goutte de sang. Ça permet vraiment de performer au mieux, et c'est parfois source de chouettes scènes, comme des amants versant chacun une goutte de leur sang dans une même coupe pour se promettre amour éternel.
angeldust a écrit :
jeu. 3 août 2017 14:01
2) forcé: Les PJ sont des outsiders. Ils n'ont que peut de liens avec la cours du Seigneur. Parfois, les joueurs me disent: je vais voir ce type là juste pour découvrir/explorer le PNJ, voir comme il est. Les rencontres semblent peu naturels. Parfois, on a l'impression de forcer le destin (ah bah tient tu rencontres trucs pile au moment où tu te promenais). Les conversations qui en résultent ne sont pas forcément tout le temps intéressantes.
Dans mes parties, je demande aux joueurs de choisir pendant la création de personnage une promesse et un serment. La partie commence quand ils reviennent un an plus tard, avec les révélations qui déboulent. Le statut quo est impossible parce que les personnages sont impliqués dans le drama avant même de commencer la partie.
Après, ta façon de faire correspond à un rythme plus lent, mais il y a le risque de voir s'installer le statut quo du coup.
angeldust a écrit :
jeu. 3 août 2017 14:01
- Certaines info secrètes ont été révélées du fait que Villequin ait un réseau d'espion. Cela donne des pistes de réflexion et de jeu aux joueurs, avant même que le Fléau ne soit présenté.
Franchement, si les révélations sont bien tordues, le fléau n'est même pas nécessaire pour faire des parties mémorables à mon avis. Le fléau était d'ailleurs en arrière plan durant mes parties.

Merci encore pour ces retours!

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Benjy D Winchester et 1 invité