[la Vie de l'Absent] Playtest "il faut une stratégie dans la vie"

Pour poster les compte-rendus de vos parties
Avatar de l’utilisateur
Tiramisù
Messages : 223
Inscription : 08 mai 2017 13:01
Prénom : Stéphane
Localisation : Paris
Contact :

[la Vie de l'Absent] Playtest "il faut une stratégie dans la vie"

Message par Tiramisù » 19 juil. 2017 14:43

Il y a un moment j'ai joué un play test de la Vie de l'Absent à la Boîte à Chimère. Un grand merci aux joueuses et joueurs ! En voici le compte-rendu :

Avant le silence

Nous avons convenu d'un thème mélancolique, gaie et triste à la fois.

L'enterrement

L'intégrale des présentations des personnages :

* La dernière fois que je l'ai vu, j'étais en train d'essayer de réanimer une ultime fois son coeur meurtri par la vie.
* Je me souviens qu'au début c'était un patient plus qu'acariâtre.
* je ne saurai jamais s'il m'a considéré comme une amie plus qu'un docteur.
* Ce jour à son enterrement je suis triste car je me rends compte que j'ai perdu un ami sincère.
* Je suis le docteur Elisabeth Hamilton.

* La dernière fois que je l'ai vu, on est allé au cinéma voir un film japonais contemplatif, il aimait bien.
* Je me souviens qu'an début il ne voulait pas me parler parce je n'étais pas sa petite fille légitime, donc il m'aimait pas trop.
* Je ne saurai jamais au final où il allait tous les Jeudi soir quand il sortait de la maison.
* Ce jour de son enterrement je ne sais pas quoi ressentir, je suis un peu perdue, pas très expressive.
* Je suis Beatrice Montgomery.

* La dernière fois il était faible allongé, dans son lit d'hôpital, mais toujours bien vivant.
* Je me souviens qu'au début il m'amenait à la mer quand j'étais petite.
* Je ne saurai jamais qui était mon père, son fils, qui m'a quitté quand j'étais jeune et dont il avait promis de me parler.
* Ce jour à son enterrement je suis dévasté par sa disparition.
* Je suis Augusta.

* La dernière fois que je l'ai vu, il ne parlait pas, il nous regardez tous avec un air pensif et grave, c'était difficile à dire, il avait l'air très contemplatif.
* Je me souviens qu'an début il apparaissait de temps en temps à des diners, des repas, des anniversaires, tout le monde semblait content de le voir.
* Je ne saurai jamais ce qu'il a pensé de moi.
* Ce jour à son enterrement je suis un peu triste un peu étonnée de voir quelqu'un que je connaissais mal et que je regrette.
* Je suis Tiphaine.

* La dernière fois que je l'ai vu, c'était il y a plus de 20 ans, il est parti sans rien dire, plus jamais revu.
* Je me souviens qu'an début on était toujours là l'un pour l'autre parce qu'on était des frères et on attaquait la vie ensemble.
* Je ne saurais jamais pourquoi il est parti ce jour là.
* Ce jour à son enterrement j'ai perdu mon jumeau.
* je suis Eliot.

* La dernière fois c'était au début de l'année, je ne pouvais pas m'attendre à Ce qu'il disparaisse comme cela peut être me l'avait t'il caché.
* Je me souviens qu'an début c'était l'amour fou, plus belles années de ma vie.
* Je ne saurai jamais pourquoi il lui a été si difficile d'accepter que j'ai eu Beatrice, ma fille, sous son toit.
* Ce jour à son enterrement je suis infiniment triste, j'ai du mal à cacher mes larmes, je suis habillée de la manière la plus digne, la plus stricte.
* Je suis Mathilde.

Les mémoires

Elisabeth se souvient que durant les 10 ans de consultation, le jeudi soir, l'absent s'était montré très jovial, presque trop.

Mathilde se souvient des champs de coquelicots, où son idylle avec l'absent avait débuté.

Beatrice se souvient des œufs au plat en forme d'étoile que l'absent lui faisait avec beaucoup d'application.

Tiphaine se souvient avoir assisté à une altercation violente entre l'absent et plusieurs membres de la famille, dont un de ses enfants.

Augusta se souvient de ce repas de famille où elle a questionné l'absent sur son père, aidé de Mathilde et Béatrice, ce qui avait poussé l'absent à quitter la table et partir.

Eliot se souvient de ses 12 ans et des jeux dans les arbres, notamment ce jour ou l'absent crachait du sang en revenant de ses jeux.

Beatrice se souvient de sa maison de jeunesse et du temps enfermé dans sa chambre parce que son père était parti le soir et sa mère était triste.

Elisabeth se souvient des discussions tardives avec l'absent après les consultations. Il était très ému lorsqu'il évoquait sa famille et qu'il exprimant des regrets envers eux.

Mathilde se souvient d'un jour de départ en vacances en train où Béatrice était intenable et l'absent n'était pas là. Elle évoque que la vie quotidienne n'était pas simple avec lui tant il était exigeant.

Tiphaine se souvient d'une partie d'échec avec l'absent, alors qu'elle perdait il lui a dit qu'il lui fallait établir une stratégie, aux échecs comme dans la vie, pour regretter le moins possible ses erreurs.

Beatrice se souvient d'un spectacle à l'école ou elle n'avait dans la salle ni sa mère ni son père. Pendant la représentation l'absent est apparu trempé et s'est installé au premier rang pour voir sa fille. Beatrice en a été très ému et a pleuré sur scène en communion avec l'absent.

Elisabeth ne l'a jamais vu pleurer en consultation, à l'exception du moment où l'absent est venu avec une série de photos. Une femme magnifique et un champs de coquelicots étaient sur une des photos. Elle regrette de ne pas avoir pris l'absent dans ses bras.

Mathilde se souvient que l'absent avait ce chic d'être accessible aux gens, il était solaire.

Augusta se souvient du jour où elle lui a présenté son arrière petit fils, Charles. Elisabeth s'en souvient également, l'absent lui avait demandé si sa maladie risquait de toucher son arrière petit fils.

Mathilde se souvient du moment où elle a découvert que l'absent lui cachait sa maladie et la douleur de s'être senti rejetée, elle a perdu confiance en lui. Eliot se souvient que l'absent a très tôt caché sa maladie, faisant bonne figure. Entre eux les relations étaient devenues compliquées, la maladie créant une vraie différence entre les jumeaux.

Tiphaine se souvient d'un anniversaire où elle s'était fait la remarque que tous dans la famille lui ressemblait un peu, dans leurs gestes et leurs manières. Eliot se demande si il n'aurait pas dû pousser l'absent à parler de sa maladie. Il est fier de son frère parce qu'il a été le pilier de sa famille.

Beatrice n'a pas ce sentiment, elle se sent plus distante avec l'absent. Elle se souvient d'un jour alors qu'elle s'était enfermée dans sa chambre l'absent lui a raconté qu'il avait un frère jumeau. Il lui a avoué qu'il avait aimé une femme avant Mathilde. Elle a appris ainsi qu'elle avait un frère qui était décédé.

Mathilde se souvient du jour de la naissance d'Augusta. L'absent était à la fois ravi et terrorisé. Il lui a dit qu'il avait eu une autre famille, et un enfant appelé Charles. Mathilde n'a pas supporté cette nouvelle et est partie.

Les héritages

Augusta offre a Béatrice quelques photos provenant du portefeuille de l'absent, parmi lesquelles il y a une photo de Béatrice. Elisabeth reconnait la femme sur la photo aux coquelicots et l'offre à Mathilde.

Mathilde est repassé chez l'absent et a trouvé dans son secrétaire deux statuettes en bois entremêlées faites avec son frère, elle l'offre à Eliot.

Béatrice a reçu un carton avec des petites choses, dont une lettre dont la première phrase est "mon petit coquelicot". Elle la donne à Mathilde. Elle donne également une pièce d'échec, un reine, à Tiphaine. Elle a également un trousseau de clés d'une maisons à destination de Elisabeth, pour qu'elle travaille moins.

Eliot possède des objets anciens qu'il offre : un cahier avec des blagues pour Beatrice, une vielle guitare pour Augusta en attendant que son fils Charles grandisse.

Elisabeth donne une lettre à Augusta concernant le dossier médical de Charles, et lui assure que son fils sera indemne de sa maladie.

Les échanges

Les échanges ont montré que les rôles respectifs des personnages dans la famille n'étaient pas totalement lisibles. En créant le personnage de Mathilde, Béatrice est devenue la fille de l'absent parce que le joueur n'avais pas entendu "petite fille". Le personnage de Tiphaine était également positionné de manière floue, pièce rapportée trop peu accrochée à l'absent. Les moments qui ont été le plus appréciés sont le souvenir de champs de coquelicots, celui du jeu d'échec, celui du théâtre.

Le debrief

J'ai enregistré cette partie, j'ai donc un minutage complet :
* 3:00 avant le silence
* 6:30 l'enterrement
* 39:00 les mémoires
* 9:15 l'héritage
* 6:40 les échanges
soit en tout quelque chose comme 62 minutes.

C'était le premier playtest avec 6 joueurs, au delà du nombre que je pensait possible, et cela a fonctionné. Quelques détails durant la création des personnages ont compliqué la partie, je vais veiller à la reformuler pour que les liens avec l'absent apparaissent plus clairement. Durant la partie nous n'avons pas fait usage de la règle de la contradiction, il me faut la repenser ou l'abandonner. Il manquait aussi une feuille de perso / aide de jeu, c'est chose faite à présent. Pour le reste, mes objectifs sont atteints.

Florilège de réactions lors du debriefing:
* "moi j'ai adoré la partie, c'était vraiment très bien"
* "c'était super immersif"
* "j'adore, j'ai trouvé ça super bien, c'est très très intimiste"
* "on a disséqué la vie de quelqu'un, c'est gênant et en même temps c'est beau"
* "on a un peu la boule au ventre"
* "ça crée l'émotion"
* "je pense à ma propre famille, du coup"
* "je ne savais plus du tout, c'était horrible, je voulais aider les gens je savais plus"
* "t'arrive, tu n'as pas vu la personne depuis longtemps, tu rencontres toute sa famille"
* "c'est cool qu'on ait eu des gens différents, avec des ages différents et des points de vue différents"
* "j'avais l'impression d'avoir la nouvelle génération devant moi"
* "en définissant l'absent on se définissait aussi"
* "on se définit par autrui"
* "la manière dont on parle dis beaucoup aussi"
* "on a beaucoup travaillé une seule thématique, au bout d'un moment ça m'a un petit peu lassé"
* "au moment ou j'ai donné cela a fait du sens pour moi"
* "à la fin j'avais tous mes points, j'avais envie de donner"
* "c'est limite, c'est trop facile de pleurer"
* "c'est en connaissant les souvenirs des autres que l'on s'attache au personnage et que l'on se rend compte qu'il est mort"
* "la minute de silence dans ce jeu c'est vraiment bien"
* "je suis halluciné que ce soit si court"
* "c'est court mais c'était le bon temps"
* "c'est intéressant d'avoir des réponses, que ce soit les autres qui les donne"
* "j'aime bien les coquillages, ça fait plus encré avec les souvenirs"
* "tu donnes de la valeur aux souvenirs"
Dernière modification par Tiramisù le 20 oct. 2017 23:16, modifié 4 fois.

Arjuna Khan
Messages : 612
Inscription : 29 janv. 2017 00:19
Prénom :

Re: [la Vie de l'Absent] Playtest "entre maladie et coquelicots"

Message par Arjuna Khan » 22 juil. 2017 17:58

Tu pourrais nous en dire plus sur les éléments de règle qui ont été mis en oeuvre ? Ça a l'air cool mais vu comme ça, j'ai encore du mal à voir ce qui produit quoi ?

Avatar de l’utilisateur
Tiramisù
Messages : 223
Inscription : 08 mai 2017 13:01
Prénom : Stéphane
Localisation : Paris
Contact :

Re: [la Vie de l'Absent] Playtest "il faut une stratégie dans la vie"

Message par Tiramisù » 22 juil. 2017 21:33

Merci Arjuna pour ton intérêt !

Je suis très activement en train d'écrire le jeu, j'ai envie de le proposer en relecture d'ici peu.

Ce sera l'occasion d'en savoir plus !

Répondre