[Les Sentes] Devenir arbre

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 1054
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[Les Sentes] Devenir arbre

Message par thomas munier » 27 juil. 2019 15:17

DEVENIR ARBRE

Un test à 12 personnes qui marque une scission entre les joueuses en transe et celles plus en recherche de contrôle, qui donnera lieu à des débats passionnés en vue d’aller plus loin vers le design inclusif. Avec des enregistrements par Claude Féry et JC Nau

Le jeu : Les Sentes, le GN des drames forestiers dans une réalité sorcière

Joué le 25/05/19 en forêt de Rennes lors du Gîte Millevaux

Ecouter / télécharger la captation audio

Image
photo par Antoine Pierre Nobilet, par courtoisie


(j'ai emprunté un blouson post-apo en cuir. Et oui, je regrette d'avoir porté du cuir. RIP pour l'animal qui a servi à confectionner ce vêtement)


Retour du joueur de Chasseur :

Petit retour sur les Sentes
Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment et quelques chouettes souvenirs :)

J'ai joué Samedi après-midi et je me suis éclipsé à 18h, avant la fin donc du jeu.
J'ai interprété le Chasseur, un homme contaminé par un Horla, chassant les reliques des Horlas (oeils, peau, objets .... pour les rendre aux humains).

Si j'avais lu le pdf des Sentes, je n'avais pas encore lu/écouté de retours et de débriefing (je vais lancer le podcast de la Cellule à l'issue de ce mail).

Image
photo par Orane, par courtoisie

D'un point de vue très très concret : jouer en forêt implique un certain nombre des règles et d'éléments de sécurité physique.
On ne craque jamais une allumette en forêt l'été. Si on le fait, on garde l'allumette sur soi après et on vérifie qu'on n'a pas laissé une étincelle dans un coin.
On se couvre entièrement: chaussettes par-dessus pantalon. On apporte une pince à tiques.
Une petite trousse de secours est toujours utiles: entorses, égratignures et autres petites joies tétaniques ne sont pas à exclure.
Je ne sais pas si tout était prévu mais au moins, il y avait de l'eau et ça c'est aussi un truc auquel il faut vraiment penser.
Jouer avec du public non-averti/touristique à cheval ou en vélo ... mouai. Ce type de jeu peut impressionner et faire peur (les cris, les râles ... pour des enfants qui ne savent pas ce que c'est ... meh).

Image
photo par Orane, par courtoisie

D'un point de vue jeu:
Je ne suis pas un joueur de GN si aguerri. je m'enferme facilement dans des rôles (La joueuse de Tisseuse m'a sorti du mien: bim, un coup dans le bleed) et j'ai bien des défauts. Et je crois que, malgré tout, je suis avant tout un MJ plus qu'un joueur. Donc ce sont des retours qui valent ce qu'ils valent:

Les ateliers: j'aurais aimé plus (on a surement été limités par le temps) et en mode extra-diégétique. Apprendre à dire non, apprendre à accepter du jeu, apprendre la confiance, apprendre le consentement via les règles du jeu. Mais pas dans le personnage.
Faire de l'ars amandi avant de le faire en jeu par exemple. Ou marcher au hasard et proposer un câlin/une poignée de main/un ars amandi et pouvoir refuser/recevoir le refus ou accepter ou proposer un autre rapport. Bref, rôder ces mécanismes avant le jeu.

Image
Un mémographe en train d'enregistrer nos souvenirs. Photo par Orane, par courtoisie

Le jeu lui-même manquait, pour moi, de cadre.
Je crois que j'ai eu du mal à trouver/créer du jeu et à m'approprier quelque chose. J'étais dans la réaction plus que dans l'action.
Sur un théâtre d'improvisation: tout le monde est témoin de tout. On peut construire ce qui s'est joué. Là, on peut créer deux trames sur deux scènes parallèles et avoir du mal à sélectionner une réalité ou à en prioriser une. L'émergence de la diégèse me semble ainsi difficile. La création "sur le tas" des liens entre personnages m'a été difficile aussi. Le Chasseur est un archétype que je connais bien (trop d'ailleurs). Mais son lien avec chacun fut ... difficile à mettre en place, surtout dans le positif.

Image
photo par Orane, par courtoisie

Qu'est ce que j'aurais aimé ?
Comme souvent dans Millevaux, mes perso ont du mal à trouver des enjeux qui les pousse à agir. Et je ne crois pas avoir vraiment su, une fois de plus, quoi faire. Je crois que j'aurais aimé avoir des enjeux clairs posés d'office avec le théatre.
Peut-être que pour éviter les longueurs, des cuts auraient été sympa. Un temps de vie communautaire/calme aurait été intéressant pour contraster et poser des enjeux avant le drama.
Je crois que la Résurgence a quelque chose d'artificiel. Mais je ne saurais pas exactement mettre le doigt sur le pourquoi.


je veux bien vos réactions, vos perspectives sur les Sentes et la manière dont ça s'est déroulé :)

Plein d'amour sur vous,
Merci à Thomas et à chacun,

Image
photo par Antoine Pierre Nobilet, par courtoisie

Réponse de Thomas :

Un grand merci pour ce retour !

A. On a en effet fait attention à ne pas jeter les allumettes à terre, mais c'est une chose que je devrais écrire dans le texte des ateliers.

B. J'avais noté dans les consignes de costume de rester couvert. Mais je note pour les chaussettes par-dessus le pantalon. Je vais aussi rajouter des choses comme tire-tiques, pansements et désinfectant dans la liste du matériel à apporter.

C. Par rapport au public extérieur, l'idéal est bien sûr de jouer sur un terrain privé (il faut que je vérifie, mais je crois que c'est un critère noté dans la fiche de site), là c'était une partie à l'arrache. Après, pour te donner mon ressenti personnel, je pense pas qu'on soit si bizarres que ça à regarder. On est juste des jeunes qui font les cons dans les bois. Et on était en retrait du chemin. Les Sentes (du moins ce genre de session dans une forêt publique avec un roleplay qui fut pourtant assez débridé pour certain.e.s), c'est un peu la version forestière des Enfants du Désordre de Lille Clairence : on se réapproprie l'espace public, on se réautorise à être un peu bruyants, un peu fous.

Image
photo par Orane, par courtoisie

D. J'ai bien noté l'enfermement dans des rôles. Si à mes yeux, ça signifie quelque chose de fort et que ça donne à réfléchir sur nous-même, je comprends maintenant qu'on puisse être en demande d'une aide pour créer un personnage. Alors j'ai élaboré des fiches d'archétypes, j'en ai déjà une soixantaine, j'ai testé cette semaine et ça dynamise bien le jeu. Une fiche d'archétype donne un nom, une profession, une tâche cyclique à accomplir, explique comment on participe à cimenter la communauté, et donne un lien avec deux personnages (en général un lien positif, un lien négatif).

E. D'ailleurs pour répondre à un de tes commentaires sur Facebook, je vais aussi faire des archétypes de communautés.

F. Les retours des personnes qui s'estiment débutantes sont largement aussi précieux que les retours des personnes qui s'estiment expertes.

G. On va rajouter une question au début du parcours initiatique : "On va jouer un prologue tutoriel qui va vous apprendre à manipuler les notions principales les unes après les autres. Mais attention, ce qui vous y jouera sera considéré comme vrai. Avant de commencer, est-ce que vous avez des questions sur les jeu ou sur le parcours initiatique ? Est-ce que vous ressentez le besoin qu'on imagine ensemble un ou des ateliers de préchauffe qui soient du hors-jeu ? Est-ce que vous préférez que le parcours initiatique soit considéré comme hors-jeu ?"

Image
photo par Orane, par courtoisie

H. D'une façon générale, je me suis mis la pression sur le chrono et donc je vais ai fait jouer les ateliers trop vite. C'est d'autant plus dommage que l'équipe a demandé à terminer avant la fin programmée de la résurgence, donc rétrospectivement on aurait eu le temps de jouer les ateliers plus lentement ou d'en rajouter.

I. Il manquait une question cruciale, qui était écrite dans le briefing, mais que j'ai éludée pour gagner du temps : "Est-ce que vous avez plutôt envie de donner du jeu aux autres ou est-ce que vous préférez qu'on vous apporte du jeu ?". Cela permet de bien cerner les besoins de chacun.e. Et pour réactualiser ça en cours de jeu, je vais changer le sens du signe gestuel "claquer des doigts". Au lieu de signifier "Intéresse-toi à ce que je fais", il signifiera désormais "J'ai besoin qu'on m'apporte du jeu".

J. Lors de l'atelier, j'ai oublié de rappeler la durée de la résurgence et l'heure de fin. Je pense que ça a poussé certain.e.s à speedrunner leurs rituels, ce qui explique ce manque de temps communautaire. Sur une session plus ambitieuse (comme celle de septembre, à 30 personnes), les temps sont connus à l'avance. Je pense aussi que les fiches d'archétypes et de communautés vont rapporter ce temps communautaire qui t'a manqué.

Image
photo par Orane, par courtoisie


Retour de la joueuse de Lila(s) :

Mon retour sur les sentes

Sur l'aspect sécurité

Je rejoins le joueur du Chasseur, pas de soucis je tenais juste à apporter une nuance. Je pense que dès qu'on parle de rapport au corps, de la manière dont on s'habille ou on interagit avec son propre corps c'est à nous de décider. On peut être prévenu des risques certes mais en dernier lieu c'est à nous de choisir.C'est peut être parce que ça résonne avec un ressenti personnel, et que pour moi le contrôle qu'on peut chercher à avoir sur mon corps est loin d'être anodin mais je pense qu'à ce niveau là il y a une grande différence entres conseils/guide et instructions/ordre. Et agir en lieu et en place des autres en ce qui concerne leurs corps me semble pouvoir avoir des conséquences bien plus grave que juste se chopper une infection/maladie/irritation.

Pour ce qui est de jouer avec un public non averti ouais je concède c'est pas forcément top. Mais j'ai l'impression qu'on s'est isolé dés qu'on a pu et sans repérage on fait ce qu'on peut. D'un autre coté qui avait le temps et l’énergie pour ses repérages ? Est ce qu'imposer ça a quelqu'un ce n'aurait pas pu être encore plus violent quelque part ? Pour moi cela reste questionnable...

Image
photo par Orane, par courtoisie

Sur le jeu en lui même

Ateliers : Je n'ai rien contre des ateliers immersif surtout quand j'ai l'impression que c'est un peu le seul matos qu'on aura en jeu pour fournir du jeu justement. Donc jouer dur/intense/rough même si ça fait fake au début pourquoi pas. On récoltera ce qu'on a semé au petit bonheur la chance. On m'a vendu le jeu comme un jeu pour explorer du jeu en transe et j'ai tendance à penser qu'il faut un point de connexion/un électrochoc pour se connecter à ce genre de chose. Je ne pense pas que cela puisse fonctionner "en y allant gentillement" quelque part je dirais qu'il faut qu'il y ait une rupture nette et pas forcément facile à gérer. C'est là où je m'oppose à ce que je dis d'habitude sur la sécurité émotionnelle. Pour moi il ne faut pas se préparer aux ateliers cela me semble important car ils s’intègrent je pense dans un processus de déstabilisation important pour la suite du jeux.

Après effectivement on peut je pense bosser certaines choses qui ne sont pas en connexion direct avec les ateliers. Comme le rapport au corps, le rapport à la violence verbale ou physique, ou apprendre à gérer les changements d'intensité en jeux par exemple. Petite parenthèse aussi sur les signes gestuels,je pense que le jeu m'a tellement demandé en terme de concentration pour créer du jeu, répondre au jeu des autres, gérer cette improvisation perpétuelle et aussi gérer ma propre tension émotionnelle qu’honnêtement c’était pas jouable pour moi. Je suis rapidement revenu à des paroles hors jeu avec un signe maison qui était plus intuitif pour moi.

Image
photo par Orane, par courtoisie

Le déroulement du jeu : Globalement les deux ateliers qui m'ont permis de proposer des messages d'amour et de ressentiment ont été les ateliers qui ont crée tout mon jeu. Comprendre pourquoi j'aime ou je déteste et ce qui m'a poussé à avoir ce vécu là avec les dits personnages. On va dire que pour moi les 90 premières minutes de jeu,c'est essentiellement jouer pour comprendre ça. D'autre part les rituels m'ont beaucoup aidé à amorcer du jeu en cherchant à les déclencher mais au final j'ai réalisé que j'avais peu d’intérêt à les résoudre. Les ayant choisi au hasard surement qu'ils étaient assez impersonnel et que c’était plus pour moi des amorces et de bond rebond d'improvisation/d'inattendu sur le jeu des autres. J'ai d'ailleurs senti à plusieurs reprises que les rituels des autres tendaient à modifier mon propre jeu et à devoir m'adapter. Je remarque aussi que j'ai beaucoup construit mon jeu en opposition au groupe et à l'expression de ma marginalité.Surement que c'est un sujet qui me tiens à cœur et je remercie mes camarades de jeux de m'avoir aidé à créer ce jeu. Surement aussi qu'ayant une certaine phobie sociale et ayant un rapport au groupe un peu compliqué, c’était un move naturel pour moi. J'ai l'impression aussi que pour moi cette partie c'est en grande partie être tétanisée et ne pas savoir quoi faire et ça dés le début du jeu et y aller à fond quand même et à ce niveau là j'ai l'impression que le jeu m'a beaucoup rendu.

Merci encore pour ces instants.

Image
photo par Antoine Pierre Nobilet, par courtoisie
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre