[Millevaux ère forestière] La Communauté Écarlate

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 1053
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[Millevaux ère forestière] La Communauté Écarlate

Message par thomas munier » 09 mai 2019 15:48

LA COMMUNAUTÉ ÉCARLATE

Une caravane de l’étrange, des rats géants, un monstre canidé et une ville déchue. La routine ! Un récit par Trickytophe

Le jeu : Millevaux, ère forestière, par Tricktytophe (une pincée de tradi, un zeste d'impro et un soupçon de narration partagée pour cette exploration personnelle de Millevaux)

Compte-rendu de la troisième séance de Millevaux, ère forestière
Partie précédente :
L’idole à tête de biche

Image
violscraper, cc-by-nc, sur flickr.com


La partie :
 
Les personnages ont quitté la communauté du Champs des Faux. Ils progressent difficilement sur la Voie des vignes (vestige de l’autoroute A4) en direction de Rince-gosier (Reims version Millevaux). La forêt est un mélange déroutant d’arbres et de pieds de vigne gigantesques aux fruits odorants et écœurants (ils pourrissent très vite). L’ancienne route n’est plus qu’une piste aux plaques de macadam éparses et craquelées. La végétation a tout envahi ne laissant qu’une sente difficile à suivre. En route, les personnages rencontrent un étrange cortège en direction de la grande cité.
 
La Communauté écarlate est itinérante. Plusieurs caravanes arborant l’étendard rouge sillonnent en permanence Millevaux selon le credo de la communauté : « Marcher, c’est vivre. S’arrêter, c’est périr. ». Les marcheurs suivent en cela les préceptes de l’Écarlate, leur guide, un sage mystique lui-même toujours en mouvement à travers Millevaux. Tant que les marcheurs ne l’ont pas rencontré et n’ont pas reçu à cette occasion sa rare bénédiction, ils sont des Sans-nom numérotés selon leur place dans la caravane à laquelle ils appartiennent.
 
Les personnages découvrent la caravane et la communauté. Ils font la connaissance de Sans-nom 4 (le chef des gardes) et de Fania, une adolescente nommée inquiétante. Ils croisent d’autres sans-nom (3, 7 et 18) dont ceux qui comme les bêtes de somme tirent les chariots où s’entassent le matériel et les vivres. Il y a aussi de simples familles (une vingtaine de membres au total). Les personnages sont bien accueillis, avec tolérance et sans prosélytisme. Un autre nommé, Roto, reste invisible sous une des tentes-chariots.
 
Pour la première fois, grâce aux récits de voyage des marcheurs, les personnages entendent parler de Métro, une autre grande cité souterraine située plus à l’Ouest et de Reste, une cité côtière encore plus loin. Le Mur, un édifice mystérieux et monumental, serait visible en mer depuis Reste. Cette construction titanesque marquerait la fin des cartes et du monde ! Au-delà, il n’y aurait que le vide et l’oubli. Décidément, Millevaux renferme bien des surprises !
 
A la nuit tombée, la caravane s’installe. L’ambiance est tendue car tous les marcheurs craignent la présence du Ronge-rage, une créature légendaire qui attaque ou protège les voyageurs en route vers Rince-gosier. La chose a passé ce que les récits des conteurs appellent le Serment des sarments : elle s’est autoproclamée gardienne de ce territoire sauvage, la forêt de vignes.
 
Une fois le campement posé, une horde de rats géants et frénétiques attaque le convoi. C’est un véritable carnage. Les personnages défendent chèrement leur vie tout en tentant de protéger de leur mieux les membres de la communauté. Fania fait usage d’une magie violente qui fait littéralement exploser les rats. Cependant, tout paraît perdu car la horde semble sans fin.
 
En plein combat, un hurlement monstrueux retentit et le bruit d’une course agite les vignes. Le Ronge-rage déboule dans la mêlée. Il s’en prend aux rats mais rien ne semble indiquer qu’il ne va pas ensuite massacrer la caravane. La créature humanoïde tient aussi à la fois du loup et du chien. Elle mesure près de trois mètres. Musculeuse, elle irradie d’une force phénoménale. Elle bave la langue pendante. Elle pue le fruit pourri. Elle n’est qu’hurlements et carnage. Elle manie deux fléaux grotesques bardés de crochets. Ses énormes yeux globuleux sont deux billes de colère et de folie ! Jean-Baptiste prie pour la repousser alors qu’Erwan lui présente un profond respect (les joueurs adoptent simultanément pour leurs persos deux attitudes diamétralement différentes). Les rats fuient la présence du terrible monstre. Indécis face au dernier carré composé des personnages, de Fania et de quelques marcheurs, le Ronge-rage finit par retourner dans les ténèbres de la forêt.
 
Après avoir compté les morts et soigné les blessés, Zora rencontre l’énigmatique Roto, un vieil aveugle affaibli dissimulé dans une des tentes. Celui-ci est le mentor de Fania et un proche de l’Écarlate.
 
Le groupe arrive exténué à Rince-gosier le lendemain après-midi. Les ruines de l’ancienne ville qui entourent l’antique et unique dernier bâtiment encore debout (l’ancienne cathédrale) sont impressionnantes, il y règne une ambiance de mort et de décrépitude. Partout, la végétation semble vouloir étouffer toute trace de civilisation. Seul un îlot persiste autour du grand édifice rongé par la forêt, une ville de toile et de tôle aux nombreux habitants, des rescapés au cœur de l’enfer vert de Millevaux.
 
Alors que les personnages se séparent de la Communauté écarlate partie vendre ses maigres marchandises avant de reprendre la route, un homme apparaît sur une estrade et clame la puissance représentée par Rince-Gosier. Il porte une immense blouse blanche immaculée frappée de trois lettres bleutées (CHU). Son crâne rasé est surplombé d’une petite crête métallique chromée où clignotent de minuscules ampoules colorées. Des ramifications métalliques sont visibles sur son cou et vers son dos. Au bas de l’estrade, six gardes lourdement armurés et armés veillent. Leur physique androgyne et leur sombre beauté paraissent inhumains.
 
« Moi, l’éternel Arc’vek, je vous vois, je vois le futur ! Je vois l’Ancien monde et je vois le Mur ! Avec mes Jeannes, je vous promets des jours meilleurs. La forêt n’est rien, nous sommes tout ! »


To be continued…
 
J’offre plusieurs choix et arcs scénaristiques à mes joueurs pour la prochaine session :
 
+ Le Ronge-rage et ses mystères.
+ La Communauté écarlate, son périple et son histoire
+ Voyage vers Métro, voire vers Reste et ce mystérieux Mur
+ L’Arc’vec, les Jeannes et Rince-gosier.
 
Ils optent pour l’Arc’vec.
 

Envers du décor :
 
Avant ma partie, j’ai déterminé au hasard trois nouveaux thèmes : Folie, Religion, Science. J’ai pensé à ces thèmes tout en ayant en tête l’univers de Millevaux et les images précédentes des vignes, de l’A4, de Rince-gosier, de l’Arc’vec, etc. J’ai noté :
 
+ La Voie des vignes comporte bien des dangers. Elle me fait penser à un monstre.
+ Une communauté de marcheurs progresse sans fin. Je les admire (processus de pensée intéressant. A Reims, je travaillais auprès des gens du voyage…).
+ L’Arc’vec est éternel, sa folie est perpétuelle, c’est un scientifique.
+ Un mur immense, la mer, une tempête (une image apparue comme ça, décalée par rapport au reste du fil de ma pensée).
+ Rince-gosier est un champ de ruines (image de Reims après WW I).
 
Parallèlement, j’avais envie de distiller quelques infos sur l’univers de Millevaux à mes joueurs : Métro (Paris), le Mur, la technologie éternelle, etc.
 
J’ai écrit le texte préparatoire et d’inspiration suivant :
 
« Les personnages voyagent vers Rince-gosier sur la Voie des vignes. Ils vont en apprendre plus sur le chaos vert qui les entoure, eux-mêmes progressent à leur manière. Ils rencontrent une étrange caravane de voyageurs qui ne s’arrêtent jamais. La nuit, un carnage a lieu car la Voie est un monstre. A Rince-gosier, le règne de l’Arc’vec pue la folie. Ce scientifique et oracle fou compte renverser l’ère forestière. »
 
Comme d’habitude pour Millevaux, j’y suis allé avec 80% d’impro. L’idée de la Communauté écarlate m’est venue en posant les yeux sur le mug rouge sombre d’un de mes joueurs à table. J’ai ensuite brodé. J’ai pioché deux noms sur ma liste permanente que j’emporte toujours (Fania et Roto) puis j’ai inventé les Sans-noms car je n’allais pas nommer tout le monde ;)
 
L’attaque des rats géants était scriptée. Je voulais une scène d’action sanglante et horrifique. Par contre, le nom du Ronge-rage m’est venu juste avant la séance en chemin dans ma voiture. J’ai mêlé les deux et inventé cette histoire du Serment des sarments même si je ne sais toujours pas encore ce que c’est exactement...
 
J’avais en tête l’idée d’un discours flamboyant de l’Arc’vec. J’ai improvisé la scène finale.
 
J’ai parsemé des pistes sur Millevaux tout au long de la séance : le mur, Métro, l’oubli, etc.
 
Le nom de Reste (pour Brest) m’est venu dans un flash lors d’un dialogue avec un des joueurs (son perso et un sans-nom) et en lien avec mon premier brainstorming.
 
C’est marrant cette histoire improvisée de blouse blanche et de CHU car j’ai un membre de ma famille proche qui est médecin hospitalier à Reims.
 
Avec le recul, je trouve mon processus de création très intéressant concernant ces sessions de Millevaux. Celui-ci mêle souvenirs, sentiments et analogies étranges.


Réponse de Thomas :

La fiction est très sympa, j'aime le traitement de la forêt de vigne, de Rince-Gosier, de la caravane, des rats... Qu'est-ce qui a déterminé l'attitude protectrice de Ronce-Rage ?
Très cool de demander à ton groupe à la fin vers quel arc narratif s'orienter pour la prochaine séance.
Sympa la technique d'impro de nommer la Communauté Écarlate par rapport à la couleur de ton mug. Cela me rappelle le film Usual Suspects, et je parle de cette méthode dans mon guide d'impro :
Improviser sans filet 1/2 pour le blog Contes des ères abyssales
Improviser sans filet 2/2 pour le blog Contes des ères abyssales
Pour improviser, L'Almanach de Millevaux et les tables aléatoires de Millevaux (1 / 2)peuvent être utiles. Plus génériques, Muses et Oracles est un super outil.
C'est un bon choix que de placer l'action dans une région que tu connais : c'est toujours plus facile de faire des extrapolations post-apo intéressantes.


Réponse de Trickytophe :

En fait, je n'avais aucune idée de comment aller tourner la scène. Le Ronge-rage est pour moi une vraie créature bestiale et imprévisible. Pour moi, tout allait dépendre de la réaction des PJ. Un massacre et une fuite éperdue étaient possibles. La double et paradoxale réaction simultanée de Zora et Erwan m'a poussé à improviser le départ de la bête avec l'idée d'un suspens.

Merci pour tes conseils de lecture et maitrise, c'est cool !

Je pense que les règles de Millevaux, ère forestière seront finalisées après la session de jeudi de la semaine prochaine. Je te tiendrais au jus avec un dernier CR. Je compte faire une p'tite pause le temps de réfléchir à tout cela après 4 séances bien remplies.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

trickytophe
Messages : 3
Inscription : 02 avr. 2019 08:58
Prénom : Christophe
Localisation : Cannes

Re: [Millevaux ère forestière] La Communauté Écarlate

Message par trickytophe » 15 mai 2019 10:42

Merci pour la publication. N'hésitez pas si vous avez des questions ou autres ;)
Dicepower !!!

Répondre