[L'Empreinte] Incunabuli

Pour poster les compte-rendus de vos parties
thomas munier
Messages : 715
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

[L'Empreinte] Incunabuli

Message par thomas munier » 09 oct. 2018 09:37

INCUNABULI

L’Empreinte utilisée pour retranscrire l’horreur et le réalisme magique d’un univers étrange : La Côte. Un récit et une partie enregistrée par Gabriel et Claude Féry

un "tableau" Pinterest consacré à la partie de lncunabuli de Benton Molina

Jouée avec L'Empreinte de Thomas Munier


Aujourd’hui, avec Gabriel, nous avons joué le second acte, selon les règles de L’Empreinte, d’une tentative d’appropriation de l’univers proposé par Benton Molina : La Côte.

lncunabuli de Benton Molina


Partie jouée avec L'Empreinte de Thomas Munier


Image
Photo : (C) Claude Féry


Préparation : 15 minutes. (transition et bilan du ressenti concernant le premier acte)

Durée du second acte : 1 heure 2 minutes.
enregistrement audio (tronqué mais non monté)


Préparation du deuxième acte

Comment laisser une empreinte sur ce monde mouvant ?

Autrefois, avant la venue des défricheurs, une tour de guet isolée s’érigeait en rempart solitaire dressé entre l’antique forêt bruissante de mille vies et le toujours grandissant domaine des hommes.
Maistre Vernier Norole y a imprimé sa marque.
La tour a étendu ses tentacules pour y abriter les hommes et les chevaux qui entourent le propriétaire.
Les ruines antiques de cet avant poste Firlundais se sont muées désormais en un confortable manoir dont on aurait peine à deviner l’objet premier.
Seul subsiste un mausolée, à demi dissimulé par une haie vie, qui marque l’entrée dans l’ormaie.
De quels hauts faits témoigne-t-il ?
Tous l’ont oublié ?
Qu’abrite le croulant édifice rongé par les mousses ?
Ne serait-il pas le foyer du mal qui ronge les hommes alentours ?

Affection

Barlett retournera-t-il à l’état de poussières d’étoiles sans laisser son empreinte sur le monde ?Que serait le monde sans amour ?
La beauté d’une femme irradie, elle ne se terre pas dans les traits fugaces de son visage ou les courbes de son corps.
L’amour frappe comme la maladie.
Ne convoite pas la femme de ton voisin.
Celle d’Yves le meunier ou de Wool son cousin ?
Quel sera le fruit de cet amour, ainsi privé du temps est celui des hommes ?
Accoucher d’une souris ?

Infection

Découvrir un remède à l’infection qui se mue rapidement en affliction.
L’atteinte doit elle être dissimulée à la communauté ?
Défilé d’apothicaires, de charlatans itinérants et de marcheurs de l’obscur
L’Inquisition est-elle saisie de ce cas ?

"motsi shèm ra'" מוציא שםרע .

« Av-Eth s’adressa à Massin et Aaron, et dit:
Lorsqu'un homme aura sur la peau de son corps une tumeur, une dartre, ou une tache blanche, qui ressemblera à une plaie de motsi shèm ra sur la peau de son corps, on l'amènera au sacrificateur Aaron, ou à l'un de ses fils qui sont sacrificateurs.
Le sacrificateur examinera la plaie qui est sur la peau du corps.
Si le poil de la plaie est devenu blanc, et que la plaie paraisse plus profonde que la peau du corps, c'est une plaie de motsi shèm ra : le sacrificateur qui aura procédé à l'examen déclarera cet homme impur.
S'il y a sur la peau du corps une tache blanche qui ne paraisse pas plus profonde que la peau, et que le poil ne soit pas devenu blanc, le sacrificateur enfermera pendant sept jours celui qui a la plaie. »
« Prends garde à la plaie de la motsi shèm ra, afin de bien observer et de faire tout ce que vous enseigneront les sacrificateurs, les Lévites ; vous aurez soin d'agir d'après les ordres que je leur ai donnés. »


Notes

La graphiose de l'orme est causée par le champignon Ophiostoma ulmi transmis par le scolyte de l'orme, (Scolytus scolytus), un coléoptère.
Le premier symptôme est une déformation de l'écorce des branches. Puis les feuilles se dessèchent, mais demeurent malgré tout. Enfin des stries noires apparaissent sous l'écorce, d'où le nom graphiose.

L’huile de chaulmoogra est aussi mentionnée dans les textes Ayurvédiques et dans le Rig Veda. L'arbre est cité dans différents ouvrages anciens de médecine et de pharmacie, comme dans le chapitre XIII du Sushruta Samhita de Sushruta où il est identifié au Tuvaraka , Tuvara signifiant « astringent » : une huile extraite du « Tuvaraka » est administrée oralement ou en application externe dans le traitement de la kushtha nom indien de la motsi shèm ra ou sur les yeux. Le livre birman Maha-win-watthuy fait aussi allusion.
En orient, au-delà de l’Océan Obscure, la motsi shèm ra est appelée Ta-Ma-Fen-Ping et le chaulmoogra Ta-Fung-Chi, (le mot Ta-Fong-Tseu désigne tous les chaulmoogras) ce qui signifie «semence de la grande maladie» . Il est mentionné pour la première fois par Tchou Tan Ki au XIIIème siècle. On le trouve dans l'herbier de l'empereur Shennong, le Shennong bencao jing. Dans la pharmacopée des marcheurs de l’obscur, le Ta Feng Tseu aurait été composé d'un mélange de graines d'arbres d'espèces différentes : Hydnocarpus anthelmintica, Taraktogenos kurzii, Tribulus terrestris, Cannabis.), et Li Chi Chen y ajoute les graines de Likrabo. D'après le Pien-Tsao de Tan Ki) les graines du Lu-Bra Ko étaient importées du Royaume de l’éléphant. Les marcheurs de l’obscur l'importaient aussi du mr kr gr. Tchou Tan Ki mit en relief l'emploi du chaulmoogra de l' hynocarpus anthelminthica en pharmacie. En 1863 dans son livre sur la médecine obscure traditionnelle, Philibert Dabry de Thiersant indique deux fois le chaulmoogra, pour guérir la gale et pour guérir la motsi shèm ra
«Le deuxième jour : tchoui-jong-san. — Ta-houang yukin, tsao-kio-tsee ; pulvériser et en boire (20 cl) dans huile de Ta Feng Tseu auquel on ajoutera salpêtre et du vin. Ne manger que du miel; avoir soin de se coucher après avoir pris ce remède».


En 2016 au Royaume-Uni, de manière inattendue Ava nzi et al., via des études génomiques, histopathologiques et de la sérologiques ont identifié ce pathogène dans les excroissances verruqueuses de la face et des extrémités de plus en plus souvent trouvées chez l'écureuil roux (Sciurus vulgaris). L'écureuil roux pourrait donc être l'un des réservoirs animaux du bacille.


Fiction :

Gabriel incarne un défricheur du nom de Barlett, dans un essart récemment gagné sur l’antique et obscure forêt septentrionale.
Barlett, quoique que non croyant, conviction qu’il a appris à dissimuler, choisit de taire la nature véritable de sa blessure.
Une cicatrice qui s’envenime. Le mal s’installe et une croûte blanchâtre recouvre son épaule. Bientôt, une excroissance se forme laissant paraître dans les creux et circonvolutions de la cicatrices le noir de ses veines qui l’irriguent. La force de sa dextre le fuit. La qualité des travaux au champs en pâtit. Toutefois, la promise de Wool, Violette Boise, a rejoint la communauté. Une complicité s’installe avec la jeune femme, radieuse, investie des forces de la nature. Elle le seconde et prends sa défense auprès de Jode Froggart, l’épouse d’Yves, sa future cousine, que tous les hommes courtisent.
Mais Barlett, lui, ne voit en Jode qu’une voisine dévote et secourable. Une amie proche pour ce solitaire, mais pas une douce amie.
En revanche, il ressent un profond attachement pour la promise de Wool qui le lui rend bien.
Il choisit cependant de cacher à tous l’étendue du mal dont il souffre de crainte d’être déclaré atteint de la motsi shèm ra (impureté) par les Lévites.
Il se réfugie dans ce qui fut autrefois sa porcherie, où l’hiver venu des écureuils roux ont élu domicile. Il s’émerveille de leurs facéties et goûte la chaleur fauve qu’ils apportent à son logis.
Un soir, Violette lui déclare sa flamme et lui demande de le rejoindre dans le nid des rongeurs pour consommer ensemble l’amour qui les dévore. Tobe, repousse la jeune femme et lui révèle son affliction. Elle lui déclare qu’il en est de même pour elle et que raison de plus, le temps des hommes leur est compté. Il lui oppose les préceptes de la déesse unique, Av-Eth, qui s’oppose à leur union charnelle, « tu ne convoiteras par la femme de ton voisin ». Elle n’en n’a cure et maintien son offre, une larme sur la joue. Le moment venu, après la soupe elle gagne la porcherie et quitte le lit commun alors que son promis ronfle contre son chien. Barlett tient bon. Cependant il s’éveille dans la nuit et la trouve le chevauchant avec douceur et tendresse.
Au matin, elle n’est pas dans le lit. Sans doute à la bergerie. Ce n’était qu’un rêve.

Fin de l’acte.


Commentaire :

Le contexte nous convient toujours. L’évolution des relations de voisinage et la description du quotidien de la communauté rurale ont mobilisé au travers alternativement d’une exposition et d’une série de choix l’essentiel de l’acte. L’acte s’est achevé sur la conclusion de la relation impure entre Violette et Barlett.
L’Empreinte recueillie à cette occasion reste à définir dans sa nature (j’ai une idée qui constituera l’introduction en forme d’introspection de l’acte III) mais je dois en discuter plus avant avec Gabriel.


Musique :

Nous avons entendu For Philip Guston de Morton Feldman (1984).


Spoiler :

La menace est la lèpre désignée sous le terme d'impureté par les Lévites (inquisiteurs)
Barlett, le personnage de Gabriel est atteint et le cache, par crainte d'être rejeté par sa communauté, mais son élue de coeur, avec laquelle il ne craint d'avoir fauté est elle aussi atteinte
Il a par ailleurs recueilli les écureuils roux qui en sont le vecteur et qui naviguent entre les arbres
L'essartage a atteint les Ormes centenaires et par la contamination ils ont envoyé les souris en émissaire pour dissuader les hommes de rester sur leurs terres
Les souris seront porteuses saines de la lèpre et l'enfant de Violette et Barlett sera la première des Souris (dans la côte elles deviennent des êtres douées de raison quoique conservant tout leurs attributs par ailleurs)
la partie est la prémisse de l'histoire de Firlund que Gabriel explorera par la suite avec d'autres personnages.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre