Les droits de la joueuse

Pour échanger autours des différentes pratiques des jeux de rôle alternatifs
thomas munier
Messages : 760
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

Re: Les droits de la joueuse

Message par thomas munier » 21 mai 2018 09:41

Cela faisait un moment que je voulais adapter les droits du lecteur de Daniel Pennac vers le JDR. Mais c'est fort possible qu'entre-temps je sois tombé sur ton article, que je l'ai lu en me disant : "Oh super, quelqu'un l'a fait à ma place..."... puis que je l'ai oublié. Dans ce cas-là, j'en suis bien désolé. Si je m'en étais rappelé, je me serais abstenu de faire doublon.

Ton article a le grand mérite de prendre plus le temps de nuancer le propos et les intentions (comme tu le rappelles dans ton présent message avec ce copier-coller justement issu de ton article) et aussi qu'il interprète certains droits un peu différemment de ce que je fais (même si dans l'ensemble, je crois qu'on est d'accord et c'est assez logique puisqu'on part tous les deux de la même base). C'est cool également que tu aies rajouté quelques droits.
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Qui revient de Loin
Messages : 14
Inscription : 21 mai 2018 09:06
Prénom :

Re: Les droits de la joueuse

Message par Qui revient de Loin » 21 mai 2018 09:47

Et moi, ça me fait très plaisir que la discussion reprenne sur cette idée :)

(Peux-tu me préciser ce qu'est le "jeu intérieur" ?)

D'ailleurs, je colle ici la liste de droits à laquelle je suis arrivé, ça facilitera la discussion sur ce fil :
  • le droit de ne pas jouer (au sens de ne pas faire jouer un jeu en particulier, de prendre une année sabbatique, d’annuler une partie en tant que MJ)
    le droit de sauter des pages dans les livres de jeu, dans les scénarios, de faire des ellipses dans l’histoire (même les PJ devrait pouvoir demander à faire des ellipses)
    le droit de ne pas finir un livre de jeu ou de ne pas finir une campagne
    le droit de refaire le même scénario, de refaire le même personnage
    le droit de jouer n’importe quoi (type de personnage), à n’importe quoi (genre du jeu), ou n’importe comment (avec ou sans MJ, avec 1 ou plein de PJ, en 45 minutes ou en 10 h, etc.)
    le droit à l’immersion, quelque soit ses formes (bleed, flow, etc.)
    le droit de jouer n’importe où (chez soi, en club, en convention, sur la plage, dans un bar…)
    le droit de grappiller dans les livres de jeu, dans le canon/l’Histoire, de ne venir qu’à des bouts de campagne (exemple de l’approche de Mordiou vis-à-vis du jeu historique)
    le droit de jouer à vive voix, de mimer ses actions, de se déguiser
    le droit de se taire et de profiter de l’histoire et du jeu des autres (Oui à prendre du recul pendant une partie, mais quid du fait d’être toujours en retrait ? Et quand bien même, si le joueur prend son pied comme ça et qu’il ne gène pas la partie ?)
    mais aussi le droit de faire autre chose en jouant (bouquiner BD et livre de jeu, consulter son téléphone, etc.)
    le droit de faire des pauses
    le droit de devenir MJ ou de passer PJ
    le droit de rédiger un journal de campagne, un scénario, un jeu
    le droit de critiquer un jeu, une partie, une campagne, un PJ ou un MJ
    le droit de ne pas commencer par le début
    le droit de s'endormir
Mais aussi, après échanges avec la communauté de Casus No :
  • Le droit de quitter la table en court de partie, de quitter la campagne.
    Le droit de ne pas prendre le jeu au sérieux.
    Le droit de prendre le jeu très au sérieux.
    Le droit de modifier et de mélanger les règles et les univers de différents jeux.
    le droit de reprendre le MJ sur un point de règle, le droit de demander le respect de la règle
    le droit de ne pas suivre la trame principale prévue
    le droit d'échouer
    le droit de ne pas faire de calculs
    le droit de ne pas prendre de notes
    Le droit au MJ d’annoncer qu’il ne fait pas garderie
    le droit d’être traité avec respect, courtoisie et inclusion
    Le droit d'interrompre la partie (notamment pour sortir d'une situation de malaise, pour régler un problème entre participant
    Le droit de rembobiner (parce que vous avez foiré une scène ou dit une bêtise, que ce n'était pas assez intense, etc.)

thomas munier
Messages : 760
Inscription : 02 févr. 2017 16:28
Prénom : Thomas

Re: Les droits de la joueuse

Message par thomas munier » 22 mai 2018 09:38

Merci pour ce copier-coller ! C'est intéressant d'avoir aussi les suggestions de droits des casusiens.

Ce que j'appelle le jeu intérieur, c'est tout simplement tout ce qui se passe dans la tête de la joueuse sans qu'elle le formule, qu'il s'agisse de spéculation au sujet de l'intrigue, du ressenti et des ruminations de son personnage (voire même son background), de ses projets, de ses émotions de joueuses...

Quand une joueuse fait beaucoup de jeu intérieur, on pourrait l'accuser d'être une sentorette (le petit nom que donnait Croc aux joueuses mutiques. On appelait ça aussi des plantes vertes), un murder hobo, ou ne rien donner à voir ou à jouer. Mais peut-être aussi que la joueuse se sent mieux de garder une partie de ses impressions pour elle, notamment pour des raisons d'immersion, et peut-être aussi que ça présente un intérêt pour le reste du groupe d'avoir à la table cette joueuse dont le ressenti est un peu opaque : il y a un mystère à percer (sans parler du temps de parole gagné pour les joueuses bavardes :mrgreen: )
Outsider. Énergie créative. Univers artisanaux.
Ma page Tipee.

Répondre