Page 1 sur 4

Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mar. 14 nov. 2017 13:56
par erwik
salut guys
tout est dans la question, je me demandais si une des vocation des CA, ça serait pas de distribuer les jeux alternatifs
un peu comme sur le stand d'octogones ou des jeux ont été vendues sous la bannière courants alternatifs
ça rejoint également la bibliothèque avec une couche supplémentaire si je puis dire de distribuer les jeux

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mar. 14 nov. 2017 17:18
par Brisecous
erwik a écrit :
mar. 14 nov. 2017 13:56
salut guys
tout est dans la question, je me demandais si une des vocation des CA, ça serait pas de distribuer les jeux alternatifs
un peu comme sur le stand d'octogones ou des jeux ont été vendues sous la bannière courants alternatifs
ça rejoint également la bibliothèque avec une couche supplémentaire si je puis dire de distribuer les jeux
C'était la raison d'être des dissensions qui sont apparues vis-à-vis de la bibliothèque. Ces dissensions sont apparues dès le début, voir les longues discussions à propos de la librairie. J'étais favorable à ce que les CA aient ce rôle de "distributeur" des jeux de rôle alternatifs ou indépendants. Cela aurait pas mal de répercussions, notamment par la nécessité d'avoir une ligne éditoriale claire et donc excluante. J'étais minoritaire dans les débats à l'époque, ce qui a amené cette idée d'une librairie - et plus généralement la volonté de structurer la communauté à travers des objectifs plus stricts - à sombrer dans l'oubli.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 06:39
par Eugénie
Est-ce que tu peux préciser ce que tu entends par distributeur, erwik ?

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 07:28
par kiraen
Le terme de distributeur ne m'était pas apparu dans les discussions, la proposition de Brisecous (intéressante au demeurant) était si j'ai bien compris de créer un label CA sous lequel les jeux étaient publiés. Ce avec quoi je n'étais pas d'accord pour l'ensemble de contraintes que ça peut représenter.

D'ailleurs à la réflexion, il y a des modalités dans lesquelles ça pourrait me convenir cette histoire de label (sous la forme d'une charte à respecter plutôt qu'une sélection à l'entrée, un peu comme les labels bio etc...)

Eugénie soulève un point très intéressant, distributeur c'est quoi pour toi.

Est-ce qu'il s'agit de faire parvenir les jeux aux points de vente, de les contacter pour mettre en avant les jeux etc ? C'est un gros travail qui demande des compétences. Il y a actuellement deux ou trois structures de ce genre qui se partagent le marché en france (Novalis par exemple), mais qui travaillent avec les éditeurs tradis.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 11:20
par Dansimati
Je suis un peu jeune sur ce forum pour m'exprimer sur l'aspect de création d'un label, mais pour ce qui est de la distribution, c'est quelque chose de très très compliqué dans la situation actuelle. Il n'existe en France plus que quelques rares distributeurs de jeux de rôles: Novalis, Matagot, Fungorge. Et il y a une raison à cela. C'est un problème de volume.

Le JDR est un minuscule marché avec un tout petit volume de transaction. Or, la dépense d'énergie et de moyens reste la même que tu vendes 1 jeu à une boutique, ou 50. C'est un travail colossal (j'ai bossé dans le secteur, je ne plaisante pas) absolument pas gratifiant et dans le contexte actuel, avec Novalis (aka Asmodée) qui rafle tout, c'est vraiment très difficile de se lancer dans ce milieux.

Après, la distribution peut aussi se concevoir en dehors des circuits traditionnels, via par exemple un site où tu références les produits labélisées CA (dans l'hypothèse où, donc), ou uniquement pendant les conventions. Mais je crois que nombre de jeux sont disponibles via des sites d'impression à la demande. Quel serait alors le rôle du distributeur? Faire faire des impressions à l'avance, pour les présenter aux particuliers, forcément plus chers que s'ils passent eux-même commandes parce qu'il faut bien payer l'essence (et je ne parle pas de l'énergie, partant du principe qu'ici tout le monde fait ça par passion)? Ça me semble un non-sens total.

Après, peut-être as-tu d'autres idées, d'autres concepts de distribution, et dans ce cas, je serais intéressée à les entendre.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 11:37
par Brisecous
L'important c'est qu'Eric nous précise ce qu'il veut dire par "distributeur".

Je conçois le distributeur comme un intermédiaire entre le revendeur et l'éditeur, dont le rôle est de placer dans le circuit commercial les jeux de l'éditeur. Dans le cas des CA, le rôle de distributeur pourrait être perçu comme la promotion et la mise en avant des jeux auto-édités par les membres de la communauté. Cette mise en avant se ferait sur la base du bénévolat, grâce aux membres des CA voulant donner un coup de main. Elle consisterait à mutualiser des efforts pour vendre des jeux, grâce à une promotion orientée grand public, et éventuellement en proposant le jeu au réseau des petits détaillants.

Thalie, tout à fait d'accord que c'est un boulot de dingue. D'un autre côté, les auteurs des CA n'ont pas accès aux distributeurs classiques, et plus largement, ils n'ont aucunement accès au réseau commercial classique (boutiques...). Donc, toute activité de distribution - ou de promotion - supplémentaire est le moyen de diffuser et de vendre plus largement les jeux des auteurs appartenant aux CA. Un peu de promotion vaut mieux que rien du tout, et mutualiser nos efforts en ce sens peut, je pense, avoir des effets très positifs. Nous avons une marge de progression sur le volume de vente de nos jeux. C'est d'autant plus vrai pour la plupart d'entre nous, qui ne vendons pas quoi que ce soit à l'heure actuelle. Cela reste vrai pour l'avant-garde également, qui atteint 200 à 300 ventes auprès d'un public fidèle mais restreint, voire, je dirais, fermé (dans le sens où c'est un public qui se renouvelle peu).

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 12:35
par erwik
pardon je vais clarifier mon propos
quand je parlais distributeur je parlais de vendre les jeux qui sont promus par les courants alternatifs
je pensais pas à se substituer à un "vrai" distributeur comme novalis (puis soyons réalistes, trop compliqué) mais de distribuer certains jeux sous la bannière des courants alternatifs
un peu comme ce qui a été fait de mémoire sur le stand à octogones.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 12:48
par Dansimati
Ok. Dans ce cas, on ne parle pas de distribution, mais de vente et de promotion, ce qui est légèrement différent quand même.

Dans ce cas-là, se pose la question des droits. Tu proposes donc de vendre/promouvoir les jeux de gens des CA uniquement, ou des jeux qui nous plaisent et semblent entrer dans notre "conception" du jeu? Dans les deux cas, il faut s'adresser directement à l'auteur (s'il n'est pas présent sur le stand) pour s'assurer qu'il est d'accord. S'il s'agit d'un jeu qui est édité par un "éditeur", il faut aussi l'accord de l'éditeur.

Ensuite, il y a la question de stocks. Il faut se procurer en amont suffisamment de jeux pour pouvoir les vendre, et dans ce cas, il faut choisir un modèle. Le dépôt-vente me semble le plus adapté, évidemment, car alors l'argent est directement redonné aux auteurs. Mais cela demande néanmoins une certaine logistique (se faire envoyer les jeux avant, les renvoyer après, transférer l'argent, etc). C'est un élément important à prendre en compte.

J'ai tendance à estimer qu'il est plus simple que cela reste informel. Si je vais à la X convention, et que toi tu aimerais que ton jeu y soit vendu, tu regardes avec moi pour que je prenne ton jeu en plus du mien. Ensuite on s'arrange entre nous. Comme ça, personne n'est responsable de cela et la structure reste horizontale.

Mais cela suppose aussi que tous sont d'accord avec l'idée que le stand serve à la vente. Je pense que c'est le premier point à discuter.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 18:49
par Eugénie
Comme l'a souligné Dansimati, la diffusion distribution, c'est un boulot de dingue. Et j'ajoute que c'est un boulot ingrat. Tenir un stand en convention à plusieurs c'est cool et sympa, faire les colis toutes les semaines pour aller à la poste pour envoyer des jeux ou appeler des boutiques au téléphone pour leur proposer des jeux et se heurter à des réponses négatives, c'est raide.

Juste pour dire que c'est une activité qui demande d'être très carré, et qu'elle ne renvoie rien en terme de reconnaissance ou d'épanouissement en elle-même. Du coup, j'ai du mal à la concevoir comme une activité bénévole.

Re: Les courants alternatifs, distributeur de jeu alternatif ?

Posté : mer. 15 nov. 2017 20:55
par Johan Scipion
Eugénie a écrit :
mer. 15 nov. 2017 18:49
faire les colis toutes les semaines pour aller à la poste pour envoyer des jeux ou appeler des boutiques au téléphone pour leur proposer des jeux et se heurter à des réponses négatives, c'est raide.
Et extrêmement chronophage.