Page 1 sur 1

[PSI*RUN]

Posté : jeu. 4 mai 2017 10:12
par nitz
Image

fiche grog

Psi*Run est un jeu de rôle de Meguey Baker, Michael Lingner et Christopher Moore paru aux Etats-Unis en 2012, et traduit et publié en France en 2015 par Electric Goat. Le livre, assez concis, ne contient qu'un système de jeu, pas d'univers.

Proposition ludique
Le jeu vous propose d'incarner des psioniques amnésiques en fuite, traqués par une organisation. C'est un jeu avec MJ auquel on peut jouer sur le pouce sans aucune préparation autre que de maîtriser le système. On peut jouer à partir de deux jusqu'à six. Les parties durent entre deux et six heures, on peut estimer la durée d'une partie par le nombre de questions à résoudre à la création des personnages.

Le système de jeu
Les feuilles de personnages se composent essentiellement d'un pouvoir librement écrit, et de cinq questions que l'on se pose à propos de son personnage, son pouvoir, ses liens avec les autres. L'essentiel du jeu consiste à jouer des scènes qui vont apporter des réponses à ces questions. Lorsque toutes les questions d'un personnage ont trouvé une réponse, on passe à l'épilogue.

Dans la pratique, Lorsqu'un personnage tente une action, le joueur lance un certain nombre de dés à 6 faces, qu'il va répartir sur la feuille de risques : l'objectif est-il atteint, est-ce qu'un souvenir émerge, est-ce que les poursuivants se rapprochent, est-ce que le pouvoir psi surcharge, est-ce qu'il y a des blessés ? Ce qui est vraiment intéressant, et rare, c'est que la part de hasard est assez faible malgré le recours aux dés. A l'instar du jeu de Backgammon, il s'agit d'une mécanique de hasard contrôlé : si les valeurs sont aléatoires, c'est bien le joueur qui décide des conséquences en répartissant les conséquences positives et négatives.

Enfin, cerise sur le raffinement, en fonction des valeurs réparties dans tel ou tel risque, ce sera le MJ, le joueur ou les autres joueurs qui auront la parole. Ceci, ajouté au fait que chaque scène a un personnage en avant-plan, amène chacun à prendre part au récit. Le système de jeu amène naturellement à souhaiter rebondir sur les propositions des autres et à lâcher prise. Il fait une part des choses fructueuse entre le jeu de rôle - je crée et j'incarne MON personnage et JE décide de ses actions - et le jeu narratif - les autres peuvent dans certaines circonstances décider des conséquences de mes actions, ou d'éléments de mon passé. La création des personnages à la volée, les fiches ouvertes et la simplicité des questions amènent beaucoup de vide créatif.

Un certain nombre de critiques déplorent le manque de rejouabilité de PSI*RUN. Certes, le jeu est bien adapté à quelque chose de très précis : incarner des psioniques amnésiques en fuite dans un futur proche. Et il le fait très bien. Mais il n'est pas forcément adapté pour faire autre chose. Néanmoins, pour avoir joué et fait jouer à PSI*RUN pas mal de parties, j'objecterai que les parties sont très différentes les unes des autres, car la liberté de création des personnages est totale. Les pouvoirs et les questions induisent les choix du MJ, et le récit. De plus, la mécanique de PSI*RUN pourrait s'adapter à d'autres cadres, et peut également s'abstraire de l'amnésie. Enfin, avec quelques adaptations, tout comme Gumshoe peut intervenir dans n'importe quel jeu de rôle dans les phases d'enquête, PSI*RUN peut être un plug-in dédié à l'amnésie, la poursuite, au road-movie, etc.

Pourquoi je le recommande
  • Un système à la fois simple, élégant, inspirant, dynamique, et, surtout, en adéquation totale avec le propos
    Un jeu narratif qui relève le difficile défi de rester très ludique
    Un système qui partage la parole et donne envie de laisser parler les autres
    Malgré la simplicité apparente, PSI*RUN peut générer des récits profonds, mind-twist, horrifiques, burlesques ou poétiques. Aucune partie ne ressemble à une autre
Ce qui pourrait -encore - être amélioré
  • tenter de jouer avec un cadre différent (done : les sorcières de Salem)
    travailler sur la gestion du temps et des scènes (todo)
    jouer sans Mj avec un partage des responsabilités en amont (todo)