De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Pour discuter de tout ce qui n'aurait pas sa place ailleurs
Répondre
Gaël Sacré
Prénom : Maître-Bois

De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Gaël Sacré » dim. 23 juil. 2017 00:35

Je lis et j'entends souvent comme une chose admise qu'il faudrait faire des conventions pour s'assurer des ventes et plus globalement augmenter la réputation du jeu (qui donc par extension faire connaître l'auteur et ses jeux).

Est-ce que c'est indispensable de se rendre en convention ?
Est-ce que l'on peut imaginer un modèle économique qui se passerait des conventions ?

Bien sûr, cette question n'est pas anodine, puisque je me trouve moi-même dans l'impossibilité actuelle de me rendre régulièrement en convention.

PS : Je parle de conventions de jeux de rôle, de jeux ou autres évènements publics ouverts à des visiteurs

Arjuna Khan
Prénom :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Arjuna Khan » dim. 23 juil. 2017 07:29

A blanc comme ça, je dirais que la convention c'est un bon outil pour faire connaitre le jeu à des gens qui ne font pas partie de ton cercle de diffusion. Il y a surement d'autres outils pour faire cela comme les démos en virtuel y compris sur des personnes et des communautés ou t'arrive pas forcément gagnant (jdr virtuel typiquement). Tu peux aussi avoir la possibilité de motiver des gens afin d'animer pour toi en convention.J'ai le sentiment aussi que certains podcast ou de la prise de position tranché via du blog a pu être profitable à certains auteurs et donc à certains jeux. Mais c'est vrai qu'avec une offre comme celle du jdr qui est super dense si tu ne sors pas ta sphère les gens ne viendront pas vers toi je pense.

Brisecous
Prénom : Mathieu
Localisation : 66
Contact :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Brisecous » dim. 23 juil. 2017 17:59

Si on parle de modèle économique, il faut parler de volume de vente. Je balance quelques idées issues de mes réflexions personnelles d'éditeur de jeux qui démarre.

Pour augmenter son volume de vente, il faut :
A) Faire connaître son jeu. Cela implique d'avoir un budget communication. On peut démarrer à 3000 ou 4000 €, c'est pas grand-chose mais ça permet de financer quelques supports de communication et quelques conventions.
B) Rendre son jeu disponible à l'achat. Cela implique de multiplier les points de vente. 300 ou 400 points de vente sont un bon début pour un produit culturel. En JDR on peut démarrer à 100 points de vente.

Une solution qui à ma connaissance n'a pas été testée : Investir dans une boutique en ligne et faire de la publicité ciblée sur Facebook et Google. Compte environ 200 € pour créer ton entreprise, environ 200 € pour le contrat de vente à distance qui te permet d'encaisser, environ 1000 ou 2000 € pour une boutique simple et fonctionnelle, et ensuite environ 50 € de frais par mois pour les frais de fonctionnement de ton entreprise. + le budget publicité, environ 2000 € pour un lancement correct, je dirais.

Autre solution extrêmement chronophage mais envisageable : Le mailing et la communication par tous les canaux gratuits envisageables. Pour être vraiment efficace, cette technique implique de trouver des solutions originales pour compenser le manque de moyens, car les solutions de base (forums / groupes facebook de JDR) ne suffiront pas. Une autre solution, c'est de s'appuyer sur une autre communauté que celle trop réduite du JDR. Par exemple, avec Happy, tu peux toucher la communauté du développement personnel.

Pour communiquer, il est également important d'avoir des événementiels. Une campagne de financement participatif me semble une bonne solution, solution qui est également chronophage.

Une autre solution c'est de faire ce qu'a fait Romaric Briand : Développer ses propres canaux de communication. C'est très chronophage, mais sur le long terme je pense que c'est la meilleure solution. Romaric Briand est il me semble (vous me direz si je me trompe) le plus gros vendeur de JDR indé à l'heure actuelle.

L'avantage des conventions, c'est que pour un coût réduit tu touches directement ton public. C'est un bon compromis entre investir du temps et investir de l'argent.

Selon moi, il y a trois règles d'or pour augmenter son volume de vente :
- Le seul moyen d'avoir des résultats, c'est d'investir (et donc, de prendre des risques)
- Il faut voir grand dès le départ. Plus la mise de départ est petite, et plus le risque est grand de la perdre sans avoir de résultat
- Le temps, c'est de l'argent. Si tu n'es pas prêt à investir de l'argent, tu peux, dans une certaine mesure, compenser avec du temps (et vice-versa)

Pour du JDR, je recommande de faire produire 1000 unités de votre jeu, de monter un plan de communication, et de démarcher l'intégralité des boutiques de JDR de France en leur proposant un tarif éditeur à 60% du prix de vente final, avec une commande à 10 exemplaires minimum. + grosse comm' sur tous les groupes FB de JDR, + tous les forums de JDR, + tous les influenceurs du milieu (blogueurs, Youtubeurs...). Je ne crois pas au modèle économique de l'impression à la demande et du "payez ce que vous voulez". Ou alors, il faut être Le Grümph, avoir une très solide réputation et être pléthorique.

Ah, et surtout : Pour augmenter son volume de vente, il faut adapter son produit aux attentes des consommateurs. Si le jeu que tu propose est un jeu d'extrême niche, il va avoir de la difficulté à trouver son public car il ne correspondra qu'à un nombre très limité de personnes. Plus tu restreins ta cible, et plus tu réduis ton volume de vente. Donc la question à se poser, avant tout, c'est : Quel est mon public, et comment je peux l'atteindre ?

Gaël Sacré
Prénom : Maître-Bois

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Gaël Sacré » lun. 24 juil. 2017 04:20

Merci beaucoup Brisecous pour apporter ta vision d'un modèle économique viable. Ce n'était pas vraiment la réponse que j'attendais, mais c'est effectivement cette question qu'il faut se poser avant d'envisager de faire des conventions ou non. Du coup, j'ai deux remarques :

- Dans le modèle économique que tu préconises, combien de conventions tu penses qu'il faut prévoir à l'année (et donc quel est le montant alloué dans le budget comm' pour cela)
- C'est la première fois que je te vois développer autant ton idée de modèle économique. Si ce n'est pas déjà fait, je t'encourage à en faire un article détaillé, je pense que ça pourrait profiter à tous. En tout cas, moi ça m'intéresserai beaucoup d'en savoir davantage. Si c'est déjà fait, je veux bien le lien.

Sinon effectivement investir dans un autre marché comme le développement personnel est une idée. Pour ma part, je ne pense créer uniquement que des jeux qui conviendrait à ce marché, donc je ne suis pas très motivé pour y investir du temps et de l'argent actuellement. Mes prochains jeux seront davantage "geek-friendly" avec des univers imaginaires.

Avatar du membre
kiraen
Prénom :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par kiraen » lun. 24 juil. 2017 08:07

Juste pour te répondre à propos des conventions : l'indépendant le plus pro que je connaisse c'est Johann Scipion.

Il a décidé de vivre du jdr et il s'y tient :
- il fait toutes les conventions où il n'a pas à engager de frais (tant qu'il est défrayé il vient).
- quand il est en convention, il est là pour bosser, pas pour discuter avec les potes, il fait jouer non stop, va chercher le chaland, vend des jeux. (et discute volontiers pendant ses pauses).
- il a appelé la majorité des boutiques de jeu en France pour trouver des modalités pour qu'ils aient sombre à disposition. Il y a du sombre à l'Oeuf Cube par exemple, en dépot vente.

J'aurai tendance à dire que se déplacer en convention n'est pas suffisant, il faut y aller dans l'idée de bosser, de présenter tes jeux, de les proposer au public. C'est quand même majoritairement en convention que tu vas rencontrer ton public.

Sinon niveau média rôliste y'a les podcasts (impact limité, car public limité) mais y'a aussi Youtube.

Franchement Gaël quand je vois la qualité que tu avais sur Mandala, c'est une excellente tribune pour toi. Quand je vois le nombre de vues de videos d'une qualité très discutable,.. que ça soit au niveau technique ou surtout au niveau contenu, y'a un créneau à occuper.
Les Voix d'Altaride - http://www.cendrones.fr/

Brisecous
Prénom : Mathieu
Localisation : 66
Contact :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Brisecous » lun. 24 juil. 2017 15:12

Salut Gaël,

- Pour te répondre, je dois préciser ma situation personnelle : Je viens de créer ma société (Ludiconcept) dont je suis l'actionnaire unique, pour éditer mes créations ludiques. Mon objectif c'est de vivre de ma création. J'ai décidé d'aborder la question de manière pragmatique, et de voir ce qui marchait. Mon constat, c'est que les auteurs ne vivent pas de leur travail, alors que les éditeurs y parviennent. J'ai donc considéré que la solution pour vivre de mes créations en tant qu'auteur, c'était de devenir éditeur, et d'utiliser les méthodes qui marchent. Les méthodes qui marchent imposent de rentrer dans le système commercial et d'en accepter le fonctionnement. Elles imposent d'accepter d'investir du temps et de l'argent. Et surtout, elles ne marchent pas à tous les coups.

- Je me doute que ce n'était pas la réponse que tu attendais ; je pense que ma démarche peut être intéressante pour les CA justement parce qu'elle est différente. Je ne m'aventurerai pas à faire un article de suite ; avant de publier éventuellement sur la question, j'attendrai d'avoir un retour d'expérience concret et un recul sur le modèle économique que j'ai choisi. C'est l'avenir qui dira dans quelle mesure les idées que je propose peuvent être ou non des solutions pour les créateurs indépendants.

- Je ne pense pas qu'un jeu indépendant des Courants Alternatifs puisse être rentable à court ou moyen terme via les conventions. La proposition ludique est trop spécifique, et je pense qu'il n'y a tout simplement pas le public pour ce type de jeux. Il faudrait développer et éduquer un public à ce type de jeux, ce qui est impossible à l'échelle individuelle, et difficilement envisageable sans une communauté très structurée. Regarde ce que notre communauté a fait en six mois d'existence : C'est un beau résultat, mais c'est une paille si l'on s'inscrit dans la volonté d'atteindre les 1000 ventes annuelles pour les jeux de rôle indés. Dans ton cas, avec Happy, il y a peut-être un coup à jouer avec le développement personnel. Il faudrait faire une étude de marché et faire tout un travail d'analyse de ta cible.

- En termes de nombre de conventions... Pour vraiment être connu, il faut être visible. Je pense que faire 2-3 conventions par an ne suffit pas à se faire connaître et à être présent dans l'esprit des gens. Je dirais que pour vraiment développer une image de marque pérenne, il faut 6 conventions et un jeu par an. Cet avis est à prendre avec des pincettes car c'est un ressenti, il ne repose pas sur une expérimentation personnelle. Ensuite, je pense que deux conventions valent mieux que zéro. La moindre action de communication a un effet ; plus tu multiplies les actions, et plus tu démultiplies les effets. 1+1=3...

- Le problème des auteurs indés par rapport à la commercialisation de leur production, c'est qu'ils créent des oeuvres d'art ludiques et qu'ensuite ils se posent la question de la vente. ils vendent un produit qui n'est pas conçu pour répondre à un besoin de la clientèle. Ils créent un produit, et ensuite ils essaient de voir qui peut en vouloir. Commercialement, c'est le meilleur moyen de se planter. Bon clairement, si on crée nos jeux, ce n'est pas pour le pognon. Cependant, quand on veut augmenter son volume de vente, notamment par exemple pour démocratiser une pratique ludique, il faut avoir à l'esprit qu'un produit se vend s'il répond à un besoin. Le public ne s'adapte jamais au produit. C'est au produit de s'adapter au public. Plus le produit est spécifique, plus sa cible est réduite, et moins il se vendra.

- Si tu veux que je développe, je te propose d'en discuter par téléphone (MP) ou lors d'Octogones.

Thouny
Prénom :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par Thouny » lun. 24 juil. 2017 16:21

Je ne suis pas intervenu dans la discussion, mais je trouve tout ça extrêmement intéressant.

Avatar du membre
kiraen
Prénom :

Re: De l'impact des conventions sur les ventes et la réputation d'un jeu

Message par kiraen » lun. 24 juil. 2017 19:20

carrément merci Brisecous de détailler ta démarche. Et effectivement elle est différente de la démarche de beaucoup d'entre nous.

Perso je me pose aussi pas mal la question de la maison d'édition mais pas comme une aventure solitaire. Faut du cran pour se lancer comme tu le fais et une sacrée dose de pragmatisme.

Je pense que ce que tu as à dire sur le sujet intéresse quasi tout le monde. Donc n'hésites pas si tu as le temps de le faire.
Les Voix d'Altaride - http://www.cendrones.fr/

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité